Sybel logo

Les Déviations

Les Déviations cover
Les Déviations title

Des histoires de gens qui ont décidé de changer le cours de leur vie.

Ouvrir Sybel

Saison 1

1. Claudine, de la maison de la presse à l'érotisme

Quand je l’ai connue, Claudine tenait son rang de vendeuse de journaux. La cinquantaine solide, sobre et avenante derrière son comptoir. Une tenancière de maison de la presse, somme toute. Puis un jour, je me suis abonnée à Libération et je l’ai reçu chaque matin dans ma boîte aux lettres. J’ai arrêté d’acheter mon journal chez Claudine. Quelques mois plus tard, en passant dans la rue, j’ai remarqué que sa boutique avait fait place à un magasin de lingerie érotique. Intriguée, j’ai jeté un oeil par la vitre. Claudine était derrière le comptoir. C’était Claudine, mais plus vraiment Claudine non plus. Elle avait fondu, teint ses cheveux, rayonnait comme jamais dans sa boutique boudoir violette, remplie de dentelles, nuisettes, huiles de massage, caches tétons mais aussi de quelques paires de menottes et de martinets. Il m’a fallu du temps pour oser lui demander ce qui s’était passé dans sa vie pour opérer un changement aussi radical. C’est impudique comme question. Mais Claudine a accepté de lever le voile. Voici l’histoire de sa transformation, et c’est aussi le premier épisode podcast des Déviations, des histoires de gens qui ont changé de vie. Extraits musicaux : Dr Frankenstein - Necrfago Stompin Riff Raffs - Wine Wine Wine Dr_Frankenstein - O Crebro do Morto licence Creative Commons freemusicarchive.org

2. Sophie ou les malheurs de la bourgeoisie

Sur le papier, Sophie avait tout pour être heureuse : une famille, une belle maison, un statut social. Sur le papier seulement. Car au fond d'elle, Sophie sentait que sa vie de bourgeoise de Reims, dans laquelle elle s'était comme elle le dit, "enferrée" était aussi sa "camisole". Un jour, elle a décidé de tout laisser derrière elle pour repartir à zéro, seule, à la reconquête de sa vraie vie. Un témoignage poignant et no dénué d'ironie.

3. Adrien, de Belleville au Brésil

Ce trentenaire parisien a fait ce dont nous rêvons tous (particulièrement en cette semaine de rentrée n'est-ce-pas ?) : larguer les amarres et s'offrir une année sabbatique au Brésil, destination Rio de Janeiro. C'est dans ce pays où il ne connait personne, dont il ne parle pas la langue que sa vie va prendre un tournant inattendu. "On croit qu'on va faire un voyage mais bientôt c'est le voyage qui vous fait ou vous défait" écrivait Nicolas Bouvier dans L'usage du monde. L'histoire d'Adrien nous prouve, s'il en est encore besoin, que c'est bien loin de nos zone de confort que la vie se déchaîne. Pour ne rien louper des Déviations, rendez-vous sur nos chaînes Facebook et Instagram.

4. Erwan Deveze, le consultant de notre cerveau

Erwan Deveze est consultant en neuro-management, auteur de "24 heures dans votre cerveau" aux éditions Larousse, conférencier et coach. Il a accepté de participer au premier podcast d’Experts des Déviations pour aborder avec nous le thème du changement de vie. Comment optimiser son cerveau pour se mettre en condition de réinventer sa vie ? Est-il possible de devenir résilient ? Comment décrypter les messages que nous envoie notre cerveau ? Autant de sujets qui questionnent autant le sens de la vie que les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à soumettre nos actions à notre volonté. Au centre de toute cette réflexion, le fonctionnement encore très peu connu de notre cerveau, de nos neurones, de notre capacité à rebondir.

5. Autour du changement de vie au féminin : une table ronde

Faut-il déconstruire pour construire ? La quête de sens, pourquoi ? Qu’est-ce qu’une jachère fertile ? La business woman est-elle une has been et l’entrepreneuse super happy un mirage ? Le monde du travail est-il le même pour les femmes après #meetoo ? Pourquoi veut-on faire trop tout bien ? Autour de cette table ronde organisée par Face to Face – entreprise organisatrice de pop ups de créateurs indépendants- sept femmes inspirantes au parcours souvent complexes abordent les thèmes de la création, de la place des femmes dans l’entreprise, de la confiance en soi et de légitimité, de la quête du chemin parfait et bien d’autres sujets.

6. Marjorie, une Parisienne face au cancer

Personne ne pourrait dire si à cette époque, Marjorie vivait la vie de ses rêves. Toujours est-il qu'elle aimait son quotidien, et qu'elle n'en aurait changé pour rien au monde. Attachée de presse dans la mode, Parisienne connectée, entourée d'une foule d'amis, Marjorie était ce qu'on appelle une trentenaire moderne, une célibataire joyeuse qui refaisait le monde chaque soir avec ses proches.Quand un cancer du sein débarque sans frapper, son existence est chamboulée et son destin irrémédiablement modifié. Un témoignage poignant et inspirant à écouter sur toutes les plateformes Les déviations (iTunes, SoundCloud, Pippa, Youtube...)

7. Stanislas ou le syndrome de l'école de commerce

Y a-t-il une vie après les grandes écoles et le marketing ? Frustré par un "job de rêve", Stanislas pose sa démission et provoque la stupéfaction de ses pairs. Pourtant, il est certain d'une chose : sa vie ne peut pas en rester là, toute dévouée à raconter des histoires enflammées sur des crèmes et des parfums. Une rencontre amoureuse, la naissance d'un premier enfant... Tout va basculer quand il découvre l'importance fondamentale que revêt, pour lui, la transmission. Et s'il devenait biographe ?Un témoignage sensible et inspirant à écouter sur toutes les plateformes Les Déviations (iTunes, SoundCloud, Pippa, Youtube...). Et retrouvez-nous sur notre compte Instagram @lesdeviations, Facebook et notre site lesdeviations.fr.

8. Claire Marin, philosophe de la rupture

Claire Marin est philosophe, professeur et écrivaine. Dans son dernier essai, Rupture(s) aux Éditions de l’Observatoire, elle observe, en s'appuyant sur la littérature, ce "cataclysme intérieur" auquel nous sommes tous confrontés plusieurs fois au cours de notre vie. Nous l’avons rencontrée pour discuter avec elle du processus de rupture, de résilience, de renaissance.

9. Gautier, un coming out sur le tard

Changer de vie, c’est parfois s’avouer qui on est vraiment. Élevé dans une famille bourgeoise, ouverte et tolérante, Gautier se conforme malgré tout à une sexualité hétérosexuelle éloignée de ce qu’il ressent au plus profond de lui. Avocat bien établi, il se voit rattrapé par la dépression. Il questionne alors son désir et se résout brutalement à rattraper le temps perdu.

10. Clémentine, l'accoucheuse d'histoires

Jusqu'en juillet 2019, Clementine Galey était directrice de casting. Son job ? Dénicher des candidats hauts en couleur pour des émissions de télévision. Lors d'une émission sur les entrepreneurs, elle se demande « Pourquoi pas moi ? ». Pus tard, une immersion dans l’univers des sages-femmes la remue intimement : depuis toujours elle est sensible aux questions autour de la mise au monde et de la maternité. Il y a un an, elle décide de lancer le podcast Bliss Stories, des témoignages de femmes, de mères, autour de la grossesse et de l'accouchement. L'engouement des auditeurs est immédiat et Bliss Stories devient l'un des podcasts les plus écoutés de France.Il y a deux mois, elle quitte définitivement son job pour se consacrer à 100% à son podcast. Au micro des déviations, Clémentine nous raconte son histoire, son parcours, depuis sa jeunesse jusqu'au récent succès de son podcast. Elle y analyse les évènements, les étapes, les hasards qui ont pas à pas permis la naissance de ce projet.

11. Anaïs

"Un jour, j’ai fait les cartons de mon appartement parisien, j’ai tout mis dans le coffre d’un Berlingo Citroën et je suis partie. C’est simple de tout quitter, c’est même grisant. Ce qui est compliqué, c’est l’avant et l’après." Anaïs Vanel était éditrice à Paris avant de partir s'installer à Hossegor. Elle nous raconte ici comment malgré un parcours sans faute, elle se sentait devenir "le fantôme" de sa propre vie : "J’avais non seulement l’impression de m’être créé un personnage, excentrique et show-off, qui n’était pas moi, mais il y avait pire... Je sentais que j’étais en train de glisser vers une personnalité que de l’extérieur, j’aurais pu détester. J’étais devenue cette femme dédaigneuse, impatiente et ambitieuse (...)." Une sensation que seule cette échappée et le surf, la quête de l'océan pouvait laver. 

12. Ramdane

Ramdane Touhami est ce qu'on appelle un transfuge de classe. Fils d'un d'ouvrier agricole, il a grandi dans la campagne entre Toulouse et Montauban. Ce qui le caractérise, c'est un cerveau qui bouillonne, qui fuse à mille à l'heure, et une urgence à l'exercer sur des concepts créatifs et commerciaux. De coups d'éclat en échecs cuisants, il sera tour à tour SDF, créatif du Paris branché, créateur de business dans le monde entier, avant de lancer avec sa femme Victoire de Taillac sa dernière entreprise, l'officine Buly. Mais avant d'être un homme d'affaires, Ramdane Touhami est surtout une personnalité provocatrice et visionnaire.  

13. Lili, de la haine du corps à l'amour de soi

Depuis son adolescence, Lili se sentait coincée dans un corps qu'elle n'aimait pas et à qui elle faisait subir toutes les privations possibles. La quarantaine arrivant, oscillant entre une frénésie de projets excitants et son mal être latent, elle ressent l’urgence de se libérer. "Dans mon téléphone, que des photos de buffets somptueux de pâtisseries, de gâteaux régressifs et de flacons de parfum ; des natures mortes. Si tout est mort, où est le vivant ? Quelle est ma place au milieu de toute cette chantilly ?" En 2016, elle jette sur son blog un billet sans fard et nomme des états d'âme que même ses plus proches ignoraient. Les milliers de réactions à son texte l'engagent dans un processus qu'elle n'avait pas vu venir : une série de rencontres et d’expériences - parmi lesquelles la pratique du yoga Kundalini - lui permettent de recréer un lien avec la nature, la joie et avec son corps.

14. Marie-Clémence : bourgeoise, catho... et mariée avec une femme

Marie-Clémence rêvait depuis son enfance de vivre selon le modèle bourgeois et catholique offert par sa famille, et dans lequel elle s’épanouissait entre messes dominicales et prières quotidiennes. Ses désirs respectaient en tout point le chemin suivi par ses parents avant elle : rencontrer un homme avec une bonne situation, se marier, avoir des enfants et devenir institutrice… jusqu’à ce qu’une rencontre vienne tout remettre en question. Aurore, une collègue, va retourner le monde de Marie-Clémence. « Je sais qu’elle est homosexuelle mais il ne me vient pas à l’esprit que notre relation puisse être autre chose que de l’amitié. Pourtant, je commence à vouloir la séduire, à m’habiller de façon féminine pour la troubler ».

15. Lionel Bensemoun, de la fête au militantisme

Pendant plus de 20 ans, Lionel a déployé ses talents au service de la scène nocturne parisienne et mondiale en créant des lieux atypiques devenus incontournables comme le Baron qui s’est exporté partout sur la planète, à Miami comme à Tokyo en passant par Londres. Pendant des années, ses lieux et événements s'enchaînent à une vitesse folle, rythmés par des influences électro-rock et techno dans une ambiance festive mais jamais guindée. En 2013, Lionel s’éveille à l’écologie et à la spiritualité, non pas brutalement mais à travers des rencontres, des lectures, des ruptures dans sa vie personnelle et sa paternité. «Je réalise que le capitalisme et le libéralisme sont des systèmes obsolètes, que la planète meurt. Et ça me rend malade de pas savoir quoi faire.»

16. Debeaulieu, le RH devenu fleuriste

Ses fleurs habillent showrooms, défilés, dîners… Après une première carrière dans les ressources humaines, Pierre Banchereau, 40 ans, s’est créé un métier en devenant l’artisan fleuriste qui manquait à la mode et à l’architecture d’intérieure. En à peine six ans, son atelier-boutique Debeaulieu, du nom de ses grands-parents maternels, a renouvelé les codes floraux du luxe. Fashion week oblige, rencontre en plein rush.

17. Marina Rollman, l'humour comme porte de sortie

"Je viens de Genève. C'est une ville paradoxale, à la fois petite et cosmopolite, bourgeoise et dotée d’une vraie une culture de gauche. Ma famille était vaste, éclatée et ouverte d'esprit. Je n’ai jamais dû me battre pour tracer ma propre voie comme si j'avais été issue d'une famille de notaires depuis douze générations. Après ma maturité fédérale – c’est le nom de notre Bac - je suis partie un an aux États-Unis ; beaucoup de jeunes Suisses prennent cette année sabbatique – soi-disant pour savoir ce qu’ils vont faire par la suite. Mais ce n’est pas en voyageant que tu vas te dire "Ah, finalement, ce que je veux c’est faire du droit..." .

18. Emma Becker, deux ans et demi dans une maison close

"J'ai 30 ans, j'ai grandi dans les environs de Paris, entre les Hauts de seine et la Seine et Marne. Je suis écrivaine depuis toujours, j'ai publié mon premier livre à 20 ans. J'ai déménagé à Berlin en 2013 car j'avais l'impression d'avoir fait le tour de Paris. Je voulais tourner une page, voir autre chose. Puis j'ai eu cette idée, d'écrire sur les bordels, car on n'en a pas en France, alors qu'à Berlin c'est légal. J'ai eu envie de savoir qui étaient ces femmes dont on ne parle pas beaucoup, sauf pour les présenter comme des victimes, des pauvres filles ou des cinglées. Je me doutais bien que dans un pays où la prostitution est autorisée je pourrai rencontrer des travailleuses. Car c'est un statut qu'on retire souvent aux prostituées. J'éprouve aussi, depuis toujours, une sorte de fascination pour la mécanique du désir. Cela a peut être à voir avec les injonctions que toutes les femmes reçoivent dès le début de leur vie : être désirable, souriante, jolie..." .