Podcast| Le Monde devant soi | Sybel

share sybel series logo

Partager

Chaque semaine, Jean-Marie Colombani, Alain Frachon et Christophe Carron commentent et décryptent deux temps forts de l'actualité politique française et internationale de la semaine....voir plus

episode sybel imglogo play

120 - «Vladimir Poutine n'a pas fait son deuil de prendre Kiev»

Voilà bientôt trois mois que la Russie a envahi l'Ukraine. Une offensive que Moscou tarde à terminer, et dont les objectifs ont varié face à la résistance ukrainienne qui a pris de court le Kremlin. Si Kiev ne se trouve plus dans le viseur russe, le Donbass est totalement et durablement occupé, et c'est la côte sud qui intéresse une Russie que l'ont voit progresser vers la Transnistrie et la Moldavie. Les objectifs changent donc, mais la guerre continue, sans que l'on sache comment et quand elle pourrait s'arrêter. Si l'Occident soutient toujours matériellement et diplomatiquement l'Ukraine, quelques tensions sont constatées entre Paris et Kiev ces derniers jours, Volodymyr Zelensky reprochant à Emmanuel Macron de vouloir ménager une porte de sortie à Vladimir Poutine. Le président français a eu ces mots devant le Parlement européen réuni à Strasbourg: «Nous aurons demain une paix à bâtir, ne l'oublions jamais. Mais cela ne se fera ni dans la négation, ni dans l'exclusion de l'un ou de l'autre, ni même dans l'humiliation.» Ses propos ont agacé en Ukraine. Cette semaine dans Le monde devant soi, on se demande si le président commet une erreur. Au-delà de Vladimir Poutine, n'y-a-t-il pas une opinion russe à laquelle faire attention? Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

119 - Révision des traités, communauté politique… Emmanuel Macron peut-il changer l'Europe?

Lundi 9 mai, jour de commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Russie, nous nous demandions quel coup d'éclat nous réservait Vladimir Poutine. Finalement, pas grand-chose. Nulle trace de triomphalisme dans le discours du chef du Kremlin, ni dans le défilé sur la place Rouge, mais seulement la même rengaine répétée –sur les «provocations de l'Occident» et la «guerre contre les nazis». Ce 9 mai, ce n'était pas du côté de Moscou qu'il fallait regarder, mais en direction de Strasbourg, où Emmanuel Macron a prononcé un discours devant le Parlement européen à l'occasion de la Journée de l'Europe et de la Conférence sur l'avenir de l'Europe. À quelques jours de la fin de la présidence française de l'Union européenne, il a exposé sa vision de l'union avec un propos pour le moins volontariste: révision des traités, création d'une communauté politique européenne et construction de nouveaux équilibres de sécurité. Le président français semble mettre au pied du mur ses partenaires européens, mais sera-t-il entendu? Faut-il vraiment changer l'Union? Quelle architecture de sécurité imagine-t-il alors que la Finlande vient de demander son adhésion à l'OTAN? Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Benjamin Saeptem Hours Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

118 - Entre menace et propagande, que prépare Vladimir Poutine pour le 9 mai, «Jour de la Victoire»?

Le 9 mai, la Russie célèbrera le «Jour de la Victoire» en commémoration de la fin de la Grande Guerre patriotique, c'est-à-dire la Seconde Guerre mondiale. Une date majeure dans l'histoire et la propagande du Kremlin, tant à l'ère soviétique qu'à celle de Vladimir Poutine. À l'approche de la date fatidique, côté Kremlin, on joue la guerre des images en affichant sa force de frappe, alors que, côté occidental, les hypothèses se multiplient sur les intentions russes. Vladimir Poutine va-t-il déclarer officiellement la guerre à l'Ukraine? Va-t-il la déclarer, comme croit le savoir le secrétaire d'État à la Défense britannique, aux nazis du monde entier? Va-t-il demander à ses troupes de concentrer leurs forces sur la chute de Marioupol pour en faire le symbole de sa victoire? Va-t-il définitivement annexer le Donbass? Ou se contentera-t-il de faire voler son «avion de l'apocalypse», tentant d'effrayer le reste du monde en exhibant ses missiles lors du défilé des troupes sur la place Rouge? Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

117 - Guerre en Ukraine: vers une confrontation directe entre la Russie et les États-Unis?

Après deux mois de conflit, la guerre en Ukraine a pris un tournant majeur cette semaine. Dans l'est du pays, on assiste maintenant à une confrontation directe sur le terrain. L'armée ukrainienne fait barrage aux forces russes et tente de les repousser pour libérer la région du Donbass, que la Russie souhaite absolument conquérir pour couper l'accès à la mer d'Azov. Pour ce faire, les troupes ukrainiennes doivent être équipées. Une nécessité à laquelle les pays occidentaux ont répondu, en particulier les États-Unis. Ils livrent désormais des armes lourdes à Kiev. Chars, lance-roquettes, canons ou encore véhicules blindés... La prudence des premières semaines n'est plus de mise. Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Hélène Decommer, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

116 - Macron réélu: soulagement en Europe... et aux États-Unis

Dimanche 24 avril, Emmanuel Macron a été réélu président de la France avec 58,54% des voix. C'est incontestablement une victoire, mais une victoire au goût amer car l'extrême droite a réalisé un score historiquement haut. Marine Le Pen a recueilli 41,46% des suffrages, soit le bulletin de vote de 13,2 millions de Français. On est bien loin d'un barrage républicain comme en 2002. En Europe, le soulagement est manifeste après la victoire du président sortant. «L'Europe a désormais un leader incontesté en la personne de Macron» , écrit le magazine allemand Der Spiegel. Même réaction aux États-Unis où, dans le contexte de la guerre en Ukraine, l'élection d'une candidate eurosceptique et proche de Vladimir Poutine aurait été catastrophique. Cette semaine,  L e monde devant soi  analyse les défis qui attendent «Macron l'Européen» pour son deuxième mandat. À lire sur le même sujet: Macron réélu: les enseignements d'un second tour périlleux Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Hélène Decommer, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

115 - Guerre en Ukraine: les mensonges de Marine Le Pen, la timidité d'Emmanuel Macron

«Ma solidarité avec le peuple ukrainien est totale et l'agression russe inqualifiable», déclarait Marine Le Pen lors du débat d'entre-deux-tours mercredi 20 avril. Si vous avez fait partie des 15,6 millions de Français à suivre le débat, vous avez dû, comme nous, hausser un sourcil à ce moment-là. Quelques instants après cette déclaration, la candidate frontiste a montré un de ses tweets imprimé sur une feuille, disant: «Je soutiens une Ukraine libre, qui ne soit soumise ni aux États-Unis, ni à l'UE, ni à la Russie.» Un tweet opportunément déterré qui tranche avec ses sorties plus récentes sur le réseau social et les plateaux télévisés (quand elle affirmait par exemple que la Crimée était russe), ou celles de ses lieutenants, dont le cœur penche souvent plus du côté de Moscou que de Bruxelles. Si Marine Le Pen salue la position d'Emmanuel Macron, sur le terrain, des critiques se font toutefois entendre à l'égard de ce dernier. Interviewé par BFMTV, Volodymyr Zelensky a salué ses excellentes relations avec le président français tout en regrettant la relative inefficacité de ses interventions face à Vladimir Poutine et la timidité de ses mesures. Pour ce dernier épisode avant le second tour de l'élection présidentielle, Le monde devant soi revient sur l'attitude des deux candidats dans ce conflit. D'un côté, Marine Le Pen est loin d'être claire dans ses prises de position aux tendances mensongères. De l'autre, le président candidat, après avoir adopté des points de vue fermes à l'encontre de Moscou, semble désormais très, voire trop prudent. Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation, prise de son et montage: Benjamin Saeptem Hours Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

114 - Élection présidentielle française: les leçons d'un scrutin qui sidère l'Europe

La France a voté ce dimanche 11 avril. Les résultats de ce premier tour de l'élection présidentielle sont un tiercé de tête conforme, dans l'ordre, à ce que prédisaient les sondages de différents instituts, dans la répartition des suffrages pour les trois premières places. En revanche, on n'a pas vu venir l'intensité de ce qu'on appelle la tripartition du corps électoral français. Avec des scores respectifs de 28, 23 et 22%, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se positionnent loin, très loin du quatrième, Éric Zemmour, dont la candidature n'a su attirer que 7% des suffrages. Derrière lui, les candidats de partis jusqu'alors majeurs dans le paysage politique français n'atteignent même pas la barre fatidique des 5%. Une recomposition entre forces politiques, mais une recomposition qui est aussi géographique, avec une percée historique de Jean-Luc Mélenchon dans les grandes villes. En cause: une campagne inédite, perturbée par un éditorialiste d'extrême droite qui donna le la thématique dans les premiers mois, une guerre aux portes de l'Europe qui bouleversa un temps les agendas. À noter également l'apparition d'un vote dit «utile», qui poussa de nombreux électeurs à ne pas traduire dans les urnes leur choix de cœur. Finalement, l'extrême droite se retrouve encore au second tour de l'élection présidentielle avec, cette fois, de sérieuses chances de l'emporter si l'on en croit les premières enquêtes d'opinion. Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et cette semaine, Olivier Biffaud, journaliste politique à Slate.fr. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

113 - Frexiteurs cachés, souverainistes internationalistes ou libéraux mondialistes, les candidats français face au reste du monde

À quelques heures du premier tour de l'élection présidentielle française, cette campagne inédite est marquée par un sujet peu abordé par les candidats: l'international. Si l'appartenance à l'Union européenne a pu faire débat chez quelques Frexiteurs en 2017, la place de la France dans le monde est cette fois discutée, dans un contexte de guerre menée par la Russie en Ukraine. Une France récemment malmenée par des alliés historiques, le Royaume-Uni et les États-Unis, en écho à l'Aukus, traité avec l'Australie ayant abouti à la perte d'un important marché concernant la vente de sous-marins. Relations historiques, OTAN, Europe... Cette semaine, Le monde devant soi passe en revue les positions des candidats à la présidentielle, alors que l'invasion russe de l'Ukraine exacerbe les lignes de clivages. Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

112 - La stratégie de Vladimir Poutine fragilisée par des rapports tendus avec son état-major?

Sommes-nous à un tournant dans la guerre que Moscou livre à Kiev depuis maintenant trente-sept jours, avec l'annonce du recentrage des forces russes sur le Donbass, les promesses de cessez-le-feu pour faciliter l'évacuation de Marioupol et le départ des Russes de Tchernobyl? Doit-on s'attendre à un revirement donc, vers une guerre plus localisée et plus longue sur l'est du pays? Une nouvelle stratégie russe semble se dessiner, mais est-elle subie ou choisie par Vladimir Poutine qu'on dit en froid avec son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et son chef d'état-major, Valéri Guérassimov? Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

111 - L'emploi d'armes chimiques par la Russie, une ligne rouge qui mobiliserait l'OTAN

Le 24 février, l'armée russe envahissait l'Ukraine. Un mois de guerre a provoqué la destruction presque totale de villes comme Kharkiv ou Marioupol, le déplacement de six millions de personnes et de la moitié des enfants ukrainiens. Côté militaire, le bilan est difficile à dresser. Les chiffres les plus sérieux évoquent la mort de 10.000 soldats russes. Cette attaque que le Kremlin aurait souhaitée éclair se transforme en une guerre de positions interminable, aucun des deux camps ne voulant se résigner à capituler. Cette stase relative inquiète, car Vladimir Poutine, devant la résistance de son adversaire, pourrait vouloir passer à la vitesse supérieure. Des missiles hypersoniques ont été utilisés comme des bombes à sous-munitions. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky accuse quant à lui la Russie d'utiliser des bombes au phosphore. L'Occident, réuni en Europe à l'occasion du sommet de l'OTAN, met en garde Poutine: s'il franchit la terrible ligne rouge des armes chimiques, l'organisation interviendra. Joe Biden a promis une réponse, sans toutefois en préciser la nature. Après avoir été volontaires et offensifs avec les sanctions prises contre le régime russe dans les premiers jours du conflit, Europe et États-Unis semblent désormais ne plus trop savoir comment s'y prendre, comment maintenir la pression sur Moscou sans devenir cobelligérants. Sommes-nous rendus à un point de bascule majeur dans cette guerre? Avec la participation exceptionnelle de Robin Tutenges, photojournaliste indépendant, de retour de Kiev. Retrouvez ses reportages en Ukraine sur sa fiche biographique. Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

110 - Vladimir Poutine sera-t-il jugé pour crimes de guerre?

Pour la première fois depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, Joe Biden a qualifié son homologue russe de «criminel de guerre», de «dictateur meurtrier» ou encore de «pur voyou». Les mots sont durs, à la hauteur de la violence des combats sur le sol ukrainien. Les guerres ne sont jamais propres, mais elles sont régies par des règles qui semblent foulées au pied par l'armée russe: hôpitaux bombardés, civils visés, maires de Melitopol et de Dnieproroudne enlevés, rien ne sera épargné à l'Ukraine. Début mars, la Cour pénale internationale a annoncé l'ouverture d'une enquête visant à établir juridiquement la réalité des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité dont est soupçonné le régime russe. En parallèle, le Conseil de l'Europe a exclu officiellement la Russie le 16 mars dernier. Mais Vladimir Poutine sera-t-il jugé? Passera-t-il un jour devant la Cour pénale internationale pour répondre des exactions commises en Ukraine? Et ce conflit signe-t-il le retour de l'influence américaine en Europe? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

109 - Guerre en Ukraine: l'embarras de la Chine et de la Turquie

Au seizième jour de guerre aux portes de l'Europe, les bombardements se multiplient sans aucune précaution pour les populations civiles. Si Kiev continue de résister, l'étau russe se resserre sur la capitale ukrainienne. L'armée de Vladimir Poutine continue sa lente progression sur les différents fronts ouverts: Odessa est désormais dans le viseur des Russes et les multiples négociations entre Kiev et Moscou, dont les diplomaties viennent de se rencontrer en Turquie, ne parviennent à aucun accord stable. Au niveau international, la pression continue sur la Russie, particulièrement au niveau économique. Cette semaine, Le Monde devant soi se penche sur les pays dont le rôle dans cette crise peut avoir un poids déterminant, comme la Turquie et la Chine. Jusqu'à maintenant, elle joue un numéro d'équilibriste, amie de la Russie et liée à l'Occident par de nombreux intérêts commerciaux. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

109 - Hors-série : «Serviteur du peuple», les débuts fictionnels d'un président devenu bien réel, Volodymyr Zelensky

Exceptionnellement, Le Monde devant soi vous propose cette semaine un épisode hors-série, réalisé par nos consœurs du podcast de Slate.fr consacré aux séries, Peak TV. Un épisode qui revient sur Serviteur du peuple, la série ukrainienne qui a rendu célèbre le président Volodymyr Zelensky et raconte à sa manière le destin d'un homme que jamais, on aurait imaginé président. Serviteur du peuple aborde de nombreux thèmes évoqués ces dernières semaines, d'une manière quasi-prophétique, ou du moins très troublante. Et puis, il y a la question de Zelensky lui-même, passé d'acteur comique à président avant de devenir un chef de guerre charismatique, qui a ému et impressionné toute la planète. Par Anaïs Bordages et Marie Telling. Avec Cyrille Bret, maître de conférence à Sciences Po Paris et chercheur associé à l’Institut Jacques-Delors. Peak TV est un podcast de Marie Telling et Anaïs Bordages, produit par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours. Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Musique: «Arpy (Saeptem PeakTV Megamix)», Dan Henig Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

108 - Quels scénarios pour la suite du conflit après la publication du plan de Poutine en Ukraine?

Mercredi 2 mars, à 20 heures, le président Emmanuel Macron a pris la parole pour s'adresser aux Français. Le lendemain, jeudi 3 mars, après une conversation téléphonique d'une heure trente avec Vladimir Poutine, à l'initiative même du président russe, l'Élysée l'a confirmé: «Le pire reste à venir» en Ukraine. Au cours de l'échange entre les deux chefs d'État, Vladimir Poutine a affirmé «sa très grande détermination» à poursuivre l'offensive avec un but en tête: «Prendre le contrôle» de tout le pays. Ce même jour, ce fut au tour du président russe de s'adresser à la télévision pour faire le point sur la situation en cours: «Nous combattons des néonazis» en Ukraine, a-t-il expliqué. Et s'il avance que tout se passe selon le plan prévu, il a pour la première fois évoqué les pertes de l'armée russe. Des soldats tombés, selon son narratif, pour défendre des millions d'Ukrainiens pris en otage par des nationalistes qui n'hésitent pas à se servir de civils comme de boucliers humains. Poutine se pose en sauveur, «les Ukrainiens et les Russes ne forment qu'un seul peuple». Pendant ce temps, sur le terrain, les combats s'intensifient, les Russes avancent. Ils viennent de s'emparer de la ville de Kherson, au sud du pays, encerclent la ville stratégique de Marioupol, au bord de la mer d'Azov, et se sont emparés de la centrale nucléaire de Zaporijia, toujours dans le sud. À lire sur le même sujet: Ce que six jours de guerre en Ukraine nous apprennent Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

107 - La guerre de Vladimir Poutine en Ukraine révèle un nouvel ordre mondial

Mardi 1er mars, sixième jour de la guerre déclenchée en Ukraine par le régime russe. L'offensive a profondément bouleversé l'ordre du monde et relancé une logique de bloc jamais vue depuis la Guerre froide. Même s'il n'est toujours que 23 heures, 58 minutes et 20 secondes à l'horloge de la fin du monde, cette horloge conceptuelle créée en 1947 par des scientifiques pour évaluer la menace nucléaire, jamais depuis 1962 et la crise des missiles de Cuba la situation n'avait été aussi tendue. La fermeté des réponses occidentales à l'invasion russe de l'Ukraine ne freine pour le moment pas Vladimir Poutine, qui semble toujours dans une logique d'escalade. À l'heure où l'on enregistre cet épisode du Monde devant soi, l'étau russe se resserre sur Kiev, désormais encerclée, pendant que les bombes pleuvent sur Kharkiv, la deuxième ville du pays et que Marioupol, ville au bord de la mer d'Azov et cible privilégiée de Moscou, tente de résister après que l'armée russe l'a privée d'électricité. Nul ne peut encore prédire l'issue de ce conflit voulu par Vladimir Poutine. Pourtant, on entend et on lit un peu partout que le président russe a perdu une manche, celle de la communication, et a déclassé la Russie sur la scène internationale. C'est ce que disent notamment l'ancien président de la République, François Hollande, et le ministre des Affaires étrangères actuel, Jean-Yves Le Drian. Le directeur de l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, va même plus loin et explique sur Le Grand Continent que Poutine a déjà perdu cette guerre. Que penser de cette analyse? Comment se comporte l'opinion russe, qui semble soutenir la guerre menée par son président? Comment se réorganisent les relations internationales après l'invasion de l'Ukraine? Et comment comprendre le positionnement de la Chine? Des questions auxquelles répondent Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde. Dans sa deuxième partie, Le Monde devant soi part à la frontière polonaise pour retrouver Robin Tutenges, photojournaliste indépendant et collaborateur de Slate.fr, parti à la rencontre des réfugiés ukrainiens. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

106 - Invasion de l'Ukraine: à l'aube d'une troisième guerre mondiale?

Dans la nuit du 23 au 24 février, Vladimir Poutine annonce déclencher une opération militaire en Ukraine. Un scénario catastrophe pour les Occidentaux. Dans sa prise de parole, le chef du Kremlin appelle les soldats ukrainiens «à déposer les armes». Au même moment, le Conseil de sécurité de l'ONU est en pleine réunion d'urgence. Une situation surréaliste: la guerre éclate en plein débat censé permettre de l'éviter. Ce 25 février, le président ukrainien Volodymyr Zelensky fait état de 137 morts, 316 blessés, de dizaines de milliers de déplacés et des dizaines d'installations militaires détruites. Un bilan dû à la progression extrêmement rapide des forces armées russes. Pouvions-nous prévoir une invasion si massive? Comment Vladimir Poutine réécrit-il l'histoire pour justifier cette action militaire? Jusqu'où ira-t-il? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Hélène Decommer, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

105 - Vladimir Poutine, fin stratège ou tête brûlée?

Que se passe-t-il exactement à la frontière russo-ukrainienne? Alors que Moscou assure avoir amorcé le retrait de ses troupes après la fin des manœuvres dans la région, Washington s'inquiète toujours d'une possible invasion de l'Ukraine dans les jours qui viennent. Malgré la mise en scène du retour des soldats russes dans leurs garnisons, Kiev indique que la présence militaire de son voisin reste massive. Tandis qu'au niveau diplomatique, le dialogue continue, sur le terrain, les heurts se multiplient entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses, comme en témoignent par exemple les bombardements dans la zone de la ville de Stanytsia Luhanska qui ont partiellement détruit une école. S'achemine-t-on enfin vers une sortie de crise? À quoi joue Vladimir Poutine, dont on se demande s'il avance en fin stratège ou en tête brûlée. Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

104 - Ukraine: Emmanuel Macron a-t-il vraiment «atteint» son objectif?

Cinq heures de tête-à-tête de part et d'autre d'une table de près de 4 mètres pour tenter de se rapprocher: lundi 7 février, Emmanuel Macron s'est rendu à Moscou pour essayer de convaincre son homologue russe de faire baisser la pression à la frontière ukrainienne. Une longue discussion conclue par une conférence de presse des deux présidents, lors de laquelle Vladimir Poutine a égrainé ses griefs à l'encontre de l'Occident: l'OTAN ne l'écoute pas, les pays baltes sont russophobes, l'Union a laissé faire Euromaïdan, un coup d'État selon lui. Emmanuel Macron, de son côté, a proposé un plan de sortie de crise. Un seul objectif en vue: la désescalade. Un but atteint selon l'Élysée, où l'on assurait que le Français avait obtenu du Kremlin l'assurance d'un retrait des troupes russes de Biélorussie après les manœuvres prévues ce mois-ci, et l'arrêt des manœuvres russes à proximité de l'Ukraine. Une déclaration presque aussitôt démentie par Moscou, qui expliquait que la France n'est qu'un simple membre de l'OTAN et de l'Union européenne. Elle n'aurait donc aucune légitimité à passer un accord. Alors cette rencontre entre Macron et Poutine a-t-elle permis de faire baisser la tension? Ce dernier va-t-il se pencher sur les propositions du président français? Ces efforts diplomatiques européens sont-ils vains? À lire sur le même sujet: La crise ukrainienne ne se passe pas comme Poutine l'avait prévu Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

103 - Ukraine, Mali, Chine... Que pèse vraiment Emmanuel Macron sur la scène internationale?

À près de deux mois du premier tour de l'élection présidentielle, le sortant Emmanuel Macron tarde à présenter sa candidature. Le chef de l'État français, chargé aussi de la présidence de l'Union européenne, est trop occupé à gérer les affaires du monde, comme il le déclarait mercredi 2 février à La Voix du Nord dans le cadre d'un déplacement à Tourcoing: «Je ne peux pas raisonnablement expliquer aux Français que je vais m'adonner à ce temps démocratique important, alors que je leur ai dit que je serai président jusqu'au bout.» Ainsi, le multi-président s'est donné pour mission d'enclencher la désescalade des tensions entre l'Ukraine et son voisin russe: après une série de coups de téléphone avec Vladimir Poutine, Emmanuel Macron se rendra en personne à Moscou, puis à Kiev. Un activisme diplomatique qui rappelle celui d'un autre multi-président, Nicolas Sarkozy, qui avait tenté une médiation entre Russie et Géorgie en 2008, encore une fois dans le cadre de la présidence française de l'Union. Et pendant que l'Élysée tente une réconciliation sur le front de l'Est, entre Paris et Bamako, la situation se tend considérablement: après une condamnation de la junte au pouvoir au Mali, qualifiée d'«illégitime» par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, l'ambassadeur français a été prié de faire ses bagages par les autorités locales. Enfin, diplomatie toujours, si la France ne boycotte pas officiellement les Jeux olympiques d'hiver, elle évite soigneusement la cérémonie d'ouverture: la ministre des Sports française a préféré ce jour-là un déplacement dans la Creuse à un voyage à Pékin –Pékin où elle se rendra néanmoins dans la semaine pour soutenir les athlètes tricolores. Tout cela nous donne l'occasion de dresser un bilan de la diplomatie de ce quinquennat. Comment qualifier la doctrine Macron? Le bilan international de la présidence est-il positif? Pèsera-t-il vraiment dans la crise ukrainienne? Le président n'aurait-il pas négligé l'Afrique, zone d'influence historique de la France? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

102 - Crise ukrainienne: les États-Unis en font-ils trop?

Tension extrême entre la Russie et les États-Unis: cette semaine, Moscou a lancé une nouvelle série de manœuvres militaires à sa frontière ukrainienne et en Crimée. De son côté, Washington a mis en état d'alerte 8.500 militaires et a rapatrié les familles des diplomates. La guerre des nerfs, elle, dure depuis plusieurs mois déjà, comme on vous en parlait dans Le Monde devant soi début décembre. La Russie est accusée par les Occidentaux d'avoir massé des dizaines de milliers de soldats à proximité de l'Ukraine, en vue d'une offensive. Poutine, lui, exige des garanties pour la sécurité de son pays, notamment le non-élargissement de l'OTAN à l'Ukraine et à la Géorgie. Ce mercredi, la Maison-Blanche a répondu par écrit à ces demandes: non, l'OTAN ne fermera pas sa porte à l'Ukraine; mais oui, la voie diplomatique est toujours possible si la Russie le souhaite. En parallèle, la vice-secrétaire d'État américaine, Wendy Sherman a fait ce commentaire guère rassurant: «Tout indique» que Vladimir Poutine «va faire usage de la force militaire à un moment donné, peut-être entre maintenant et mi-février». La mise en état d'alerte des troupes américaines a semblé prendre de court certains dirigeants européens. Un entretien téléphonique Macron-Poutine a eu lieu ce vendredi matin. Et Paris plaide pour un dialogue direct entre l'UE et la Russie –en vain pour l'instant. Pourquoi cette différence de ton et surtout d'appréciation de la situation entre les États-Unis et l'Union européenne? Vladimir Poutine a-t-il encore le contrôle de la situation? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté, cette semaine, par Hélène Decommer, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

101 - L'échec de la réforme électorale de Biden offre un boulevard aux Républicains (et à Trump)

Un an que Joe Biden a été investi président des États-Unis. Cette première année de mandat donne lieu à un bilan plutôt mitigé pour celui que l'ancien ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, qualifie de «Jacques Chirac de la politique américaine» dans le dernier épisode de notre podcast New Deal. Biden était pourtant très attendu, d'autant qu'il est arrivé avec une volonté marquée de transformer le pays avec son plan «Build Back Better»: un programme ambitieux déployé dans les domaines de l'économie, des infrastructures, du social et du climat. Mais c'est d'une autre réforme dont nous parlons dans ce 101e épisode, celle du système électoral américain. Les élections sont un sujet tendu actuellement aux États-Unis à cause, entre autres, de la petite musique complotiste jouée par Donald Trump et ses partisans, toujours persuadés que la victoire lui a été volée. Sans bien évidemment souscrire à ces thèses démenties par les faits, il est vrai que ce système électoral américain est complexe et donne lieu à certaines aberrations. Souvenez-vous qu'en 2016, Donald Trump avait remporté la Maison-Blanche malgré son retard de 3 millions de voix sur sa concurrente démocrate, Hillary Clinton. Si le projet de Joe Biden n'allait pas révolutionner le modèle en modifiant le système des grands électeurs, il visait à protéger l'accès aux urnes des minorités, souvent entravées par des mesures prises localement par des États républicains. Ensuite (et c'est technique), il devait limiter les blocages du système parlementaire dus au filibuster. Malheureusement, le projet a été enterré par le Sénat, signant un échec pour Joe Biden. Ce dernier a toutefois déclaré lors de sa conférence de presse célébrant sa première année à la Maison-Blanche «ne pas avoir épuisé toutes les options». Pourquoi le président démocrate voulait-il cette réforme? À quel point les minorités sont-elles exclues du processus électoral? Quelles conséquences pour la démocratie américaine? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

100 - Un jour, un scandale: Boris Johnson peut-il rester Premier ministre?

Mai 2020, comme beaucoup d'autres pays avant elle, toute la Grande-Bretagne est strictement confinée. Toute? Non, un groupe d'irréductibles fêtards a décidé que, malgré les règles en vigueur, ils continueraient à se retrouver pour trinquer au 10, Downing Street. Des fêtards qui ont répondu à l'invitation du secrétaire privé d'un certain Boris Johnson pour une party réunissant près d'une quarantaine de personnes, selon les témoignages publiés par les médias britanniques. Une fête de plus pour BoJo, à qui il était déjà reproché pareilles sauteries organisées en décembre de la même année. Un scandale de plus, aussi. Le Premier ministre les enchaîne: on lui reproche entre autres d'avoir négocié des travaux dans son appartement de fonction auprès d'un donateur du Parti conservateur en échange d'un appui politique ou encore le sauvetage d'un ami député empêtré dans une affaire de lobbying. Ces affaires abîment la popularité d'un Premier ministre en chute dans les sondages, en difficulté lors de récentes élections partielles, prisonnier d'un Brexit raté et comptable d'un très mauvais bilan en matière de gestion du Covid –la pandémie ayant causé la mort de 150.000 personnes au Royaume Uni, un record en Europe. Bilan, les appels à la démission se multiplient, une majorité de Britanniques souhaite sa démission et il est contesté jusque dans ses rangs. Mais tout cela peut-il vraiment compromettre l'avenir de cet étonnant homme politique à la chance insolente? Également au sommaire de cette édition, une question: le scandale sexuel impliquant le prince Andrew peut-il causer durablement du tort à la monarchie? Le Royaume-Uni pourrait-il devenir bientôt une république ? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et Marion Van Renterghem, journaliste et autrice de C’était Merkel (Les Arènes). Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

99 - Vladimir Poutine, Xi Jinping, Éric Zemmour: réécrire le passé pour manipuler le présent

Bienvenue en 2022, une année qui commence fort avec une vague de Covid-19 sans précédent, une démocratie américaine toujours aussi fragile un an après l'assaut du Capitole par les partisans de Donald Trump, des bruits de bottes russes à la frontière ukrainienne, une pression chinoise toujours plus forte sur Hong Kong et Taïwan, une crise majeure au Kazakhstan, et une extrême droitisation très marquée du débat politique français. Des événements au présent, qui dans 50 ou 100 ans, seront pour certains des soubresauts de l'histoire enseignée (ou non) dans les manuels scolaires. Mais comment sera raconté et surtout interprété ce qui, d'actualité, deviendra histoire? Quel récit fera-t-on de ce réel que nous vivons? Un réel parfois difficile à appréhender dans cette ère de la post-vérité, mal du siècle qui contamine le présent, mais aussi le passé. Car on va le voir dans cet épisode du Monde devant soi, des voix ont décidé de ne plus s'embarrasser des faits quand il s'agit de revisiter les romans nationaux: de Vladimir Poutine à Xi Jinping en passant, plus près de nous, par un certain Éric Zemmour. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

98 - Iran, Chine, Russie, trois dossiers explosifs pour un Joe Biden affaibli

Fin d'année compliquée pour Joe Biden. Près d'un an après son élection, sa cote de popularité est au plus bas et le variant Omicron relance l'épidémie de Covid-19 aux États-Unis. En tension sur le plan intérieur, il doit aussi faire face à une situation plus que compliquée sur le plan international. Le 46e président, qui voulait remettre son pays au centre du jeu géopolitique et en faire le porte-drapeau des valeurs démocratiques et des droits humains, se trouve confronté à une forte résistance des régimes autoritaires avec, en premier lieu, Pékin et Moscou. Deux pays dont les visées impérialistes mettent en péril la stabilité des relations internationales, avec la menace russe sur l'Ukraine d'un côté et, de l'autre, la menace chinoise sur Taïwan. Deux pays, unis face à l'Occident, comme en témoigne le sommet virtuel très amical entre Vladimir Poutine et Xi Jinping, le 15 décembre. Une rencontre au cours de laquelle le président chinois a déclaré que «certaines forces internationales, sous couvert de démocratie et de droits de l'homme, interfèrent dans les affaires intérieures de la Chine et de la Russie, piétinant le droit international et les normes reconnues des relations internationales». À lire sur le même sujet: Les illusions perdues de l'Amérique démocrate Une référence directe donc, aux alliances stratégiques comme l'OTAN et l'Aukus, ou aux prises de positions symboliques comme le boycott diplomatique des prochains JO d'hiver à Pékin. Et pour compléter le tableau, notons le réveil des tensions entre Iran et Israël alors que reprennent à Vienne les discussions sur le nucléaire iranien. Joe Biden a fort à faire, tout en étant affaibli sur le plan intérieur, mais aussi extérieur, après le psychodrame de l'affaire des sous-marins et le retrait d'Afghanistan, qui a précipité le pays aux mains des talibans. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Référence: «Comment Xi Jinping réécrit l'histoire du Parti communiste chinois pour asseoir son pouvoir», Le Monde devant soi, 12/11/21 Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

97 - Pourquoi l'armée russe se déploie aux portes de l'Europe

Des bruits de bottes se sont fait entendre aux portes de l'Europe début décembre. Ce ne sont malheureusement pas ceux des pas de Saint Nicolas, mais ceux des talons des soldats russes qui se massent à la frontière ukrainienne. Les tensions entre les deux pays restent vives depuis l'annexion de la péninsule de Crimée par la Russie en 2014. Selon une note du renseignement américain citée par le Washington Post, Moscou préparerait une offensive pour l'année prochaine mobilisant jusqu'à 175.000 hommes. L'armée russe concentrerait ainsi ses forces sur quatre points stratégiques, avec une cinquantaine de groupes tactiques de combat. Les services ukrainiens se préparent aussi et craignent une «escalade d'envergure» des forces russes fin janvier. Le ministre de la Défense ukrainien Oleksii Reznikov a affirmé devant le Parlement de son pays que son voisin avait entamé des «exercices militaires» et «testait ses moyens de communication». Face à cette démonstration de force, la réponse occidentale a été ferme: le 7 décembre, Joe Biden a fait savoir à Vladimir Poutine lors d'un sommet virtuel qu'il s'exposait à de «fortes sanctions, entre autres économiques». Le président russe a répondu en s'inquiétant d'une éventuelle expansion de l'OTAN à l'Est de l'Europe, quand le conseiller diplomatique du Kremlin rappelait, en substance, que l'armée russe avait bien le droit de faire ce qu'elle voulait sur son territoire. Si l'Union européenne n'a pas été conviée, le président des États-Unis s'est entretenu avec quatre chefs d'États européens –français, allemand, italien et britannique– pour affirmer l'engagement de ces pays à «agir pour maintenir la paix et la sécurité en Europe», qui ont fait part de leur détermination à faire en sorte que la souveraineté de l'Ukraine soit respectée. On a encore une fois le sentiment de se retrouver à la veille d'une troisième guerre mondiale, comme souvent avec la Russie. Mais a-t-on affaire à un énième coup de pression de Vladimir Poutine pour contenir l'OTAN et pour essayer d'exister sur la scène internationale? Ou y a-t-il de vraies raisons de s'inquiéter? À lire sur le même sujet: La Russie est-elle réellement sur le point d'envahir l'Ukraine? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

96 - Merkel/Scholz, un «changement dans la continuité» qui devrait inspirer la classe politique française

Après seize années, l'Allemagne tourne la page Angela Merkel. Et elle la tourne en musique, sur un air de Nina Hagen, chanteuse punk est-allemande. Jouée pour l'occasion par la Bundeswehr, «Du Hast den Farbfilm vergessen», [«Tu as oublié la pellicule couleur»], est un hit des années 1970 de RDA, où Nina Hagen adresse moult reproches à son Micha mais aussi, une critique métaphorique du régime d'alors. Ce départ n'en est pas tout à fait un, puisque Merkel reste encore chancelière jusqu'à l'élection de son successeur social-démocrate Olaf Scholz par le Bundestag, mais il amorce définitivement une transition que la sortante veut apaisée. Pour ses adieux, après 5.860 jours au pouvoir (elle rate le record de Helmut Kohl de neuf jours) Merkel a eu ces mots, destinés à l'Allemagne mais qui résonnent ici en France: «Notre démocratie vit de la capacité à débattre, à corriger ses erreurs. […] Elle vit de la solidarité et de la confiance, en particulier de la confiance dans les faits, et de la contradiction qu'il convient d'apporter haut et fort quand les connaissances scientifiques sont niées, que les théories du complot sont propagées et que les discours de haine prolifèrent.» Puis, elle a évidemment souhaité le meilleur à son successeur. Mais n'allez pas croire que ces vœux de réussite relevaient simplement d'une politesse protocolaire: la proximité entre la démocrate-chrétienne et le social-démocrate est réelle et, aussi étonnant que cela puisse paraître vu de Paris, c'est l'homme de centre gauche qui semble être le successeur naturel de la femme de centre droite. Avec Olaf Scholz, l'Allemagne amorce-t-elle un changement dans la continuité? Faut-il au contraire s'attendre à une révolution par cette coalition entre sociaux-démocrates, libéraux et écologistes? Quels sont les premiers dossiers brûlants pour ce gouvernement? J'imagine que la gestion de cette nouvelle vague de Covid, qui frappe durement l'Allemagne, est la priorité... Avec un programme de 180 pages qui peut se résumer grossièrement en quelques thèmes –climat, cannabis, augmentation du salaire minimum, rigueur budgétaire, vote à 16 ans et renforcement de l'Europe– est-on dans un équilibre quasi parfait entre les différentes composantes de la coalition? Et pourquoi, quand en France, la question de l'immigration enflamme le débat, de l'autre côté du Rhin, il se mène de manière dépassionnée malgré une présence plus importante d'immigrés –selon l'OCDE, l'Allemagne compte 16% d'immigrés, soit une hausse de 30% entre 2010 et 2020, quand la France en compte 13%, soit une hausse de 16% sur la même période. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Les reportages de Robin Tutenges mentionnés en fin du podcast: «On a de quoi tenir cinq ans»: reportage au cœur de la révolte des agriculteurs indiens Les enfants du monstre de Ghazipur À Calcutta, les hôpitaux traversaient déjà l'orage, ils se préparent désormais à la tempête Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

95 - Le jeu dangereux de Boris Johnson

Mercredi 24 novembre, le naufrage d'un bateau dans la Manche a entrainé la mort de vingt-sept personnes. Dix-sept hommes, sept femmes et trois jeunes qui tentaient de rallier les côtes britanniques dans l'espoir d'une vie meilleure. Si Boris Johnson s'est dit «choqué, révolté et profondément attristé» par ce drame, il ne lui a pas fallu bien longtemps pour reprendre ses réflexes populistes en adressant au président Macron une lettre jugée «indigente et déplacée» par le gouvernement français. Le premier ministre britannique y enjoint la France de «mettre en place un accord bilatéral de réadmission pour permettre le retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche». En clair, reprenez vos migrants. Pour appuyer sa demande, Johnson rappelle que «l'UE a conclu des accords de réadmission avec des pays comme le Bélarus et la Fédération de Russie», osant ainsi un parallèle douteux entre les flux poussés volontairement par Minsk aux frontières polonaises et biélorusses et les départs de France vers la Grande-Bretagne. Rappelons au passage que c'est ce même Boris Johnson qui imaginait installer des machines à vagues sur ses côtés pour éloigner les bateaux. Voilà qui tend un peu plus les relations entre les deux pays, relations qui ne cessent de se dégrader, signalons qu'en réponse à la lettre, Gérald Darmanin a annulé l'invitation de son homologue Priti Patel à la rencontre interministérielle réunissant la France, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne et la Commission européenne. Nous avions déjà évoqué dans un épisode précédent le différend franco-britannique à propos de la gestion des flux migratoires. Nous y expliquions que les arrivées en Grande-Bretagne étaient de plus en plus nombreuses. Au 20 novembre, on compte trois fois plus d'arrivées qu'en 2020, et 14 fois plus qu'en 2019. Visiblement, Paris est débordée et Londres, et surtout Boris Johnson, en profite. Pourquoi les migrants choisissent l'Angleterre plus que la France? Cette fermeté du premier ministre britannique sur le sujet des migrants, est-elle une manière de reprendre la main dans un contexte politique intérieur mouvementé? Johnson a-t-il toujours le soutien de ses camarades du parti conservateur? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Références: «Pourquoi les États-Unis préfèrent-ils le Royaume-Uni à la France?», New Deal, Slate Audio Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

94 - Le sinistre coup de poker du dictateur biélorusse

Ils sont plusieurs milliers de migrants, entre 3.000 et 4.000 selon les estimations, à se masser à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie par des températures glaciales. Bloqués par Varsovie, encouragés par Minsk, ces hommes, ces femmes et ces enfants, en majorité originaires du Proche-Orient, semblent être les pions d'une crise migratoire orchestrée par le président Loukachenko. Le régime biélorusse aurait provoqué l'arrivée en masse de ces exilés en facilitant l'obtention de visas, en organisant les voyages et, surtout, en les empêchant de rebrousser chemin. Si la Pologne est en première ligne, c'est bien l'Union européenne (UE) qui est visée par le dictateur, car les frontières de l'une sont aussi les frontières de l'autre. «Une attaque migratoire», selon le secrétaire d'État français chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, en réponse aux sanctions de l'UE contre Minsk, décidées après le détournement d'un avion de ligne en mai dernier (dont on vous parlait dans un précédent épisode du Monde devant soi) et contre la répression de l'opposition par un régime violent. Bilan, après de multiples rebondissements et les menaces biélorusses de couper le gaz à l'Europe, Minsk est sous le coup d'un nouveau train de sanctions… et plusieurs milliers de vies sont en jeu. Retour sur un sinistre coup de poker. À lire sur le même sujet: Un bébé syrien meurt après avoir passé plus d'un mois dans une forêt à la frontière entre Pologne et Biélorussie Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

93 - Comment Xi Jinping réécrit l'histoire du Parti communiste chinois pour asseoir son pouvoir

On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, même quand on est le président chinois. Lors de la dernière grande réunion plénière du Parti communiste, le plenum, Xi Jinping a décidé de renforcer sa place dans la mythologie communiste chinoise en adoptant une résolution sur l'histoire du parti. C'est l'un des rares présidents à s'y essayer. Il est le troisième, après Mao Zedong en 1945 et Deng Xiaoping en 1981. Comme il a été le troisième, toujours après Mao Zedong et Deng Xiaoping, à laisser son empreinte sur l'idéologie socialiste chinoise en inscrivant sa «pensée» dans la constitution en 2017. Xi Jinping cherche ainsi à asseoir son pouvoir dans le pays et au sein du PCC en vue des prochaines élections lors du vingtième Congrès. Car oui, il y a des élections en Chine. À quoi va-t-il se présenter lui qui cumule actuellement trois rôles: secrétaire du Parti communiste chinois, président de la Chine et président de la commission militaire centrale. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

92 - Quelle place dans le monde pour une France malade de son national-populisme?

Dans six mois, la France votera pour élire celui ou celle qui sera à la tête de l'État. Si l'on en croit les sondages, en tout cas en les prenant pour ce qu'ils sont, c'est-à-dire la photographie de l'opinion publique à un instant T, le pays se clive en deux grandes tendances: un social-libéralisme, plus ou moins social ou libéral, et un national-populisme incarné par le Rassemblement national et par, vous le savez, un candidat non-déclaré dont tout le monde parle beaucoup trop. Deux visions de la France, mais aussi deux visions du monde et de la politique étrangère, que ce soit en matière d'immigration, d'alliances, de souveraineté ou d'appartenance à l'Union européenne. Comment le décentrage à droite toute du discours et de l'opinion peut-il influer sur les prises de décisions d'Emmanuel Macron en matière de diplomatie et, surtout, quelle image cela donne-t-il de la France à l'étranger? C'est le sujet de cet épisode du Monde devant soi. À lire sur le même sujet: Comment l'extrême droite gagne la bataille des idées Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

91 - Crise polonaise: l'idéal européen résistera-t-il au populisme?

Début octobre, la Cour constitutionnelle polonaise défiait l'Union européenne en rendant une décision entérinant la supériorité du droit polonais sur le droit européen. Cette position inédite va à l'encontre des fondements juridiques de l'UE et s'inclut dans une longue bataille entre Varsovie et Bruxelles au sujet de réformes judiciaires menées par le PiS, le Parti conservateur et nationaliste. Parmi les points de crispation, la mise en place d'un nouveau système disciplinaire pour les juges qui mettrait en péril l'indépendance du pouvoir judiciaire en Pologne. Depuis ce «polexit juridique», l'ambiance est tendue entre Varsovie et l'Union, défendue avec beaucoup de fermeté par la présidente de la commission Ursula von der Leyen. Et cela ne devrait pas s'arranger avec le dernier rebondissement en date, survenu ce mercredi 27 octobre: la Pologne a été condamnée à payer à l'Union européenne une astreinte d'un million d'euros par jour pour ne pas avoir mis fin aux activités de la chambre disciplinaire de la Cour suprême, une institution clé de cette réforme controversée. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

90 - Le missile chinois qui inquiète Washington

La Chine a-t-elle tiré un missile hypersonique à capacité nucléaire? C'est ce qu'affirme le Financial Times dans son édition du 16 octobre. Selon le quotidien britannique, Pékin aurait procédé à un un tir d'essai en août. Lancé via une fusée classique, ce type de missile serait capable de faire plusieurs fois le tour de la Terre au-delà de la vitesse du son et de modifier sa trajectoire. Si l'engin a raté sa cible à 32 kilomètres près, il n'en reste pas moins que cette nouvelle tentative révèle les très grands progrès techniques de la Chine. Car il y a trois ans, un même type d'armes avait été testé, mais sans que le vol ne dure longtemps –quelques minutes seulement. À Washington, on panique: cette nouvelle technologie remettrait en cause tout le système de défense américain. Les États-Unis ont-ils raison de paniquer? Ces armes sont-elles faites pour être utilisées ou ont-elles une simple fonction de dissuasion? Est-ce que cela peut relancer une nouvelle course à l'armement et signer le début d'une nouvelle Guerre froide? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

89 - Entre Paris et Londres, «les relations n'ont jamais été aussi mauvaises»

C'est notre meilleure ennemie, cette voisine avec qui les relations sont tantôt excellentes, tantôt exécrables. Depuis le Brexit, les sujets de tensions s'accumulent entre Londres et Paris, avec un Boris Johnson qui ne manque jamais de souffler sur les braises. Parmi les dossiers épineux en cours: la pêche, le contrôle des frontières, l'Irlande et bien sûr, l'affaire des sous-marins australiens. La pêche, parce que Londres n'a pas tenu son engagement d'octroi de permis aux Français; les frontières, parce qu'elle accuse Paris de ne pas réguler les flots de migrants qui traversent la Manche; l'Irlande dans le cadre du Brexit, et l'affaire des sous-marins pour le coup de Trafalgar que fut la participation de nos voisins à l'accord Aukus dont nous vous avons beaucoup parlé dans ce podcast. Peter Ricketts, ex-ambassadeur britannique en France entre 2012 et 2016, a dit au Guardian que, selon lui, les relations France-UK n'avaient «jamais été aussi mauvaises» et que «les Français ont totalement perdu confiance dans le Royaume-Uni en tant qu'allié». Toujours dans le Guardian, l'ex-ambassadrice de France au Royaume-Uni, Sylvie Bermann, avance qu'«à Paris, on estime que la Grande-Bretagne ne respecte plus les accords qu'elle signe». Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

89 - Pourquoi le dialogue France-Algérie est si difficile

La rencontre du président Emmanuel Macron et de dix-huit jeunes Français d'origine algérienne, organisée à l'Élysée le 30 septembre dernier, devait, je cite, «apaiser la blessure mémorielle» qu'est la guerre d'Algérie. Mais au lieu de panser la plaie, il semble que cela l'ait ravivée. En cause, cette charge du président français contre les autorités d'Alger, un «système politico-militaire» qu'il accuse de promouvoir une «histoire officielle» de l'Algérie, non pas basée sur des vérités mais sur une «haine de la France», qui tire profit d'une «rente mémorielle» aux dépens de Paris. Les réactions algériennes ont été vives: aussitôt les déclarations rendues publiques par le journal Le Monde, l'Algérie a rappelé son ambassadeur en France pour consultation. Ajoutons que cet épisode intervient dans un contexte tendu par la décision française de réduire le nombre de visas accordés aux ressortissants de plusieurs pays du Maghreb dont l'Algérie. Bref, le président surprend. Car quand il était candidat, en février 2017, lors d'un déplacement à Alger, il avait qualifié la colonisation de crime contre l'humanité. C'est lui, aussi, qui a commandé à l'historien Benjamin Stora un rapport pour dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie. Analyse et commentaire de cette nouvelle crise diplomatique dans cet épisode du Monde devant soi. Pour approfondir, écoutez notre podcast 52-62, mon enfance en Algérie dans lequel la journaliste Nina Pareja recueille les souvenirs de son père, Français né en Algérie. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie RodriguesLa rencontre du président Emmanuel Macron et d

episode sybel imglogo play

87 - Quelles leçons la France doit-elle tirer des élections législatives allemandes?

On votait la semaine dernière en Allemagne. En jeu, le choix des 735 membres du Bundestag, et donc de la personne qui succédera à Angela Merkel au poste de chancelier. Les résultats définitifs placent le Parti social-démocrate, le SPD, en tête avec près de 26% des suffrages, soit 206 sièges, suivi du CDU, le parti démocrate chrétien de Merkel qui totalise 24% des voix, ce qui lui donne 196 sièges. Les Verts, eux, ont recueilli 15% et envoient 118 député·es, quand les libéraux totalisent 11,5% pour 92 sièges. Enfin, pour en terminer avec les chiffres, signalons le recul de l'extrême droite incarnée par l'AfD, qui ne fait que 10% et perd 11 sièges par rapport à la mandature précédente –ils auront cette fois 83 élu·es. L'heure est maintenant aux négociations: qui fera coalition pour désigner le chancelier, qui du social-démocrate Olaf Scholz ou du conservateur Armin Laschet prendra la place de Merkel? Avec qui s'allieront les Verts et les libéraux? L'approche consctructive du système électoral allemand est-il un exemple pour la France? Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

86 - La crise des sous-marins, une chance pour la France?

Mercredi 22 septembre, les présidents français et américain se sont parlés lors d'une conversation téléphonique. Cet échange intervient après une semaine de fortes tensions diplomatiques consécutives à la rupture du contrat portant sur la livraison de sous-marins à l'Australie par la France et à la création par Canberra, Londres et Washington d'une alliance stratégique dans la zone indo pacifique, l'Aukus. On a évoqué dans ce podcast la colère française, qui s'est traduite, entre autres, par le rappel pour consultation de nos ambassadeurs aux États Unis et en Australie. Un geste diplomatique très fort. Le coup de fil franco-américain semble avoir apaisé la relation, puisque l'ambassadeur français va rentrer à Washington et que Joe Biden semble avoir fait amende honorable en reconnaissant la responsabilité américaine dans la crise et en s'engageant à ne pas recommencer ce genre de «trahison». L'Américain a par ailleurs appelé à un renforcement de la défense européenne, qu'il verrait jouer un rôle de complément sur la scène internationale en complément de l'Otan. Tout est bien qui finit bien donc? Quelles leçons tirer de cette crise? Sommes-nous les «alliés oubliés d'un empire en déclin» comme l'écrit Jacques Attali? Est-ce l'opportunité tant attendu pour mettre en place une autonomie stratégique au niveau europée ? Et quel impact sur la politique intérieure française? Le Monde devant soi, est podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

85 - Ce que la crise des sous-marins australiens dit de la relation franco-américaine (et de Joe Biden)

Une claque pour la France. Mercredi 15 septembre, l'Australie a rompu un contrat à plusieurs milliards d'euros qui prévoyait la livraison d'une douzaine de sous-marins français à Canberra. Ce n'est pas une histoire d'argent, encore que, mais un revirement stratégique de la part du lointain pays, qui a décidé de s'associer avec les États-Unis et le Royaume-Uni pour protéger ses intérêts dans la zone indo-pacifique face à la Chine. Les trois pays ont passé un pacte, dit Aukus prévoyant la construction de sous-marins nucléaires de technologie américaine, plus perfectionnés, sur le papier, que ceux à propulsion conventionnelle achetés à la France. Ce choix a considérablement agacé Paris, qui a réagi par la voix de son ministre des affaires étrangères, Jean-Yves le Drian. Le ministre évoque un «coup dans le dos» de la part de l'Australie et dénonce le choix américain, qui «conduit à écarter un allié et un partenaire européen comme la France, d'un partenariat structurant avec l'Australie, au moment où nous faisons face à des défis sans précédent dans la région indo-pacifique». La colère est d'autant plus forte que le gouvernement français n'aurait pas été officiellement prévenu de ce changement de cap avant que celui-ci ne soit annoncé à la presse. Mauvaise ambiance entre des alliés historiques : une soirée de gala prévue jeudi 16 septembre à Washington pour célébrer l'entente entre les États-Unis et la France a été annulée à la dernière minute. Ça n'a l'air de rien, comme ça, mais en langage diplomatique, ça signifie qu'on est très fâché. Le Monde devant soi, est podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

84 - Afghanistan: Joe Biden a-t-il trahi ses engagements internationaux

Le Monde devant soi revient sur l'événement géopolitique de cet été et, peut-être, la première grosse erreur stratégique et politique du président Joe Biden: le retrait américain d'Afghanistan. Serpent de mer dans les débats aux États-Unis, il est le fruit d'un processus entamé de longue date, sous Barack Obama, puis accéléré par Donald Trump. Un retrait effectif un jour avant la date prévue et quatre jours après l'attentat à l'aéroport de Kaboul, qui a tué 182 personnes dont 13 militaires américains. Ainsi, le 30 août, l'Amérique de Joe Biden mettait fin à vingt ans de présence sur le sol afghan. Depuis cet été, les critiques pleuvent à l'encontre du président. Comment Biden défend-il son choix géopolitique? Le président interventionniste est-il devenu isolationniste? La force militaire américaine est-elle aussi dissusasive qu'il y a vingt ans? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

83 - Charia, terrorisme, nouveaux équilibres géopolitiques... Les conséquences du retour des talibans à Kaboul

Les conflits et la géopolitique n'attendent pas, Le Monde devant soi non plus. Qui aurait imaginé que les talibans reprendraient le contrôle de l'Afghanistan si vite après le retrait des États-Unis? Il y avait bien des signaux plus ou moins faibles depuis quelques semaines, mais la rapidité avec laquelle le mouvement fondamentaliste a fait tomber Kaboul a pris tout le monde de court, à commencer par Washington. En quatre jours seulement, les talibans se sont emparés du palais présidentiel et depuis, les populations locales veulent fuir la terreur: les Occidentaux, évacués par leurs gouvernements respectifs, et les Afghans, prêts à tout pour partir, comme on a pu le voir sur ces images déchirantes d'habitants accrochés au train d'atterrissage d'un avion en train de décoller... Alors qui sont les talibans de 2021? Qui était exactement Ashraf Ghani, le président qui a fui? Biden a-t-il manqué de flair en retirant les troupes américaines aussi vite? Les talibans ont-ils des soutiens à l'international? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Invité de cet épisode du Monde devant soi: Marc Hecker, directeur de la recherche et de la valorisation à l'Institut français des relations internationales, et coauteur avec Élie Tenenbaum de La Guerre de vingt ans – Djihadisme et contre-terrorisme au XXIe siècle aux Éditions Robert Laffont. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation: Victor Benhamou / Montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

82 - Emmanuel Macron est-il condamné à exister dans l'ombre de Joe Biden?

Pour ce dernier épisode de la saison 2, Le Monde devant soi revient sur la diplomatie d'Emmanuel Macron. Tant que Donald Trump était à la Maison-blanche, le président français semblait avoir un boulevard pour s'imposer sur la scène internationale comme héraut de la démocratie libérale et défenseur du monde libre. L'arrivée de Joe Biden à la présidence des États-Unis a quelque peu changé la donne et, on l'a vu lors du dernier G7, Macron semble réduit à jouer le second rôle. Quel est le positionnement de Macron dans sa relation avec le Démocrate Joe Biden? Comment exister dans l'opposition Chine-États-Unis? Et quelle place pour le président français en Europe? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

81 - Euro 2021, jeu de ballon, enjeux d'influence

Rarement compétition n'a été aussi politique que cet Euro 2021. Polémiques franco-françaises sur le cas Benzema à l'occasion de son retour en bleu, débat sur un geste symbolique contre le racisme, irruption d'un militant écologiste avant le coup d'envoi de France-Allemagne et passe d'armes autour de l'illumination du stade de Munich aux couleurs du rainbow flag, symbole LGBT+. Un développement important par sa résonance au niveau européen: Munich a voulu marquer le coup lors du match opposant l'Allemagne à la Hongrie, pour dénoncer une loi votée à Budapest interdisant «la promotion chez les moins de 18 ans de l'homosexualité, le changement de sexe ou une alternative au sexe de naissance». Ce texte, inspiré de celui en vigueur en Russie, amalgame homosexualité et pédophilie. L'UEFA a interdit à l'Allemagne de pavoiser son stade aux couleurs LGBT+ et s'en est expliquée dans un communiqué difficilement compréhensible évoquant la neutralité politique de l'organisation. Et le 24 juin, en marge d'un Conseil européen, dix-sept chefs d'État de l'UE ont pris la parole dans une lettre pour rappeler leur attachement aux droits des LGBT+ et la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré user de tous les moyens à sa disposition pour faire plier Viktor Orbán. Sans la mise en lumière de cette question lors du match Allemagne-Hongrie, l'Union européenne aurait-elle été si prompte à réagir? Pourquoi l'UEFA est-elle si frileuse sur les questions politiques? Existe-t-il ce qu'on pourrait appeler une diplomatie du football? Quels sont les matchs sur lesquels il y a un enjeu géopolitique majeur? Comment faut-il analyser la multiplication des investissements du Qatar et de la Chine dans les clubs européens? Donne-t-on trop peu la parole aux joueurs et trop aux politiques? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

80 - Joe Biden-Vladimir Poutine, une normalisation des relations pour limiter l'influence chinoise

Semaine chargée pour Joe Biden, marquée par une grande tournée diplomatique en Europe avec, au programme, cinq jours de sommets. D'abord, le G7 à Carbis Bay, en Grande-Bretagne, puis le sommet de l'OTAN à Bruxelles, suivi d'une réunion Union européenne-États-Unis le 15 juin, et enfin la rencontre avec Vladimir Poutine, le mercredi 16 à Genève. Un tête-à-tête de plus de deux heures où les deux présidents devaient aborder les sujets qui fâchent et aplanir les relations parfois compliquées entre les deux pays. Et si la rencontre a pu sembler parfois assez froide, on peut dénombrer certaines bonnes nouvelles: le retour des ambassadeurs russes et américains respectivement à Washington et Moscou, la reprise des négociations sur le nucléaire et l'engagement russe à ne pas militariser l'Arctique. Mais des points de frictions demeurent: la question des cyberattaques, ou l'arrestation de Navalny, cet opposant politique de Vladimir Poutine qui reste la pierre d'achoppement entre les deux leaders. Rappelons que Biden a évoqué des conséquences «dévastatrices» pour la Russie si Alexeï Navalny, emprisonné, venait à mourir. Qui sort vainqueur de cette rencontre? Joe Biden, qui a réaffirmé son attachement à la question des droits humains, ou Vladimir Poutine, qui se voit conforté comme une pièce essentielle des relations internationales? Pourquoi la Chine est le fil rouge de ces échanges? Comment se recomposent les équilibres internationaux dans une géopolitique marquée par une nouvelle multipolarité? Et quelle place pour la France d'Emmanuel Macron dans le concert actuel des nations? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

79 - Cyberguerre: des conflits invisibles aux conséquences bien réelles

Aucun coup n'est tiré, mais les dégâts peuvent être considérables et les conséquences, dramatiques. Souvent silencieuses, parfois spectaculaires, les cyberattaques se multiplient –qu'elles soient le fait de simples criminels, d'États souverains ou d'une collaboration des deux. Dernier exemple en date, cette offensive contre le Colonial Pipeline, un oléoduc américain, mené par un gang de cybercriminels nommé DarkSide. Citons aussi l'affaire SolarWinds, du nom de cet outil informatique utilisé par de nombreuses administrations américaines, vérolé par un logiciel espion –une attaque attribuée à la Russie, découverte en décembre 2020. On compte encore l'offensive contre l'Agence européenne du médicament; le hacking, encore par les Russes, du réseau électrique ukrainien en décembre 2015; l'intrusion dans les mails de responsables démocrates en 2015. Côté français, on a dénombré près de 192 cyberattaques l'an dernier. Évoquons à titre d'exemples celles menées contre l'hôpital de Dax, dans les Landes, en pleine crise du Covid, contre le CNED, ou contre le quotidien Ouest-France. Il semble clairement que le nombre d’attaques numériques soit en croissance exponentielle, et ce dans le monde entier. Comment remonter aux auteurs des cyberarttaques? Quels sont les États impliqués? Comment réguler ces conflits invisibles? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, rejoints cette semaine par Nicolas Mazzuchi, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

78 - L'inquiétante soumission du Parti républicain à la théorie du grand mensonge de Donald Trump

Souvenez-vous du 6 janvier 2021. Vous étiez peut-être devant votre télé en train de regarder, incrédule, l'assaut du Capitole par les partisans de Donald Trump. Des partisans bien résolus à empêcher la certification des résultats de l'élection présidentielle, plaçant Joe Biden à la Maison-Blanche. Un assaut qui résultait de l'intoxication des esprits par le milliardaire vaincu, qui répétait à loisir que l'élection lui avait été volée. On aurait pu se dire qu'avec le temps, cette frange extrême se serait calmée et que cet événement, dans l'histoire de la démocratie américaine, n'était qu'un accident de parcours dans un contexte un brin chaotique. Mais il n'en est rien. Trump et son discours comptent encore de nombreux soutiens, et on ne parle pas là d'une minorité de militants extrémistes. Car même au sein du Parti républicain, et parmi ses membres les plus influents, il se trouve quantité d'élus pour protéger l'ancien président. Ainsi le 28 mai, une majorité d'élus du GOP se sont opposés à l'ouverture d'une enquête bipartisane sur l'assaut du Capitole. Qu'est ce qu'une enquête bipartisane et pourquoi en mener une sur cet événement ? Que dit du Parti républicain ce refus de se prononcer en faveur d'une enquête? Quelle est l'influence réelle de Trump sur le mouvement? Comment et pourquoi séduit-il? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

77 - Alexandre Loukachenko, le dictateur qui embarrasse Poutine et agresse l'Europe

Ce dimanche 23 mai, le vol Athène-Vilnius de la compagnie aérienne Ryanair a été intercepté par un Mig 29 biélorusse alors qu'il survolait le pays. Après un atterrissage dit pudiquement «d'urgence», le journaliste et opposant Roman Protassevitch a été arrêté par les services de sécurité. Cette interception d'un vol civil est une première, justifiée, officiellement, par «une alerte à la bombe». Bombe dont il a évidemment été trouvé aucune trace. Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a affirmé cette semaine avoir agi «légalement» et a rejeté l'accusation d'avoir détourné le Boeing en question pour arrêter l' opposant. L'Union européenne, elle, a pris immédiatement des sanctions: depuis le lundi 24 mai, son espace aérien est fermé à la Biélorussie et plus aucun avion européen ne survole le pays. Quant à la communauté internationale, elle condamne globalement Minsk. Les membres européens du conseil de sécurité de l'ONU et Washington ont demandé la libération immédiate de Protassevitch ainsi qu'une enquête de l'organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Si l'acte en lui-même est inédit, il n'est pas franchement surprenant dans la mesure où le régime de Loukachenko semble se raidir ces dernieres semaines. Quelle est la situation actuelle à Minsk? Qu'est-ce qui est reproché exactement à Roman Protassevitch? Y a-t-il un espace possible pour l'opposition à Lokachenko? Faut-il voir la main de la Russie derrière Loukachenko? Et que peut vraiment faire l'Europe? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

76 - Israël-Palestine, après 11 jours de conflit, la victoire des extrémistes des deux camps

Si le calme semble être revenu après le cessez-le-feu accepté par Israël et le Hamas, la trève reste fragile. Si fragile qu'il est bien possible qu'il ait été rompu quand vous écouterez cet épisode du Monde devant soi. Cette trève intervient après onze jours d'un conflit lourdement armé entre Tsahal et le mouvement islamiste palestien, qui se solde pour l'instant par la mort de 232 personnes côté palestinien et 12 côté israélien. Ce conflit, on ne l'avait pas vraiment vu venir. La situation semblait s'être relativement stabilisée et la cause palestinienne paraissait ne plus être une priorité des relations diplomatiques de la région. Et pourtant, le 10 mai, le Hamas a ouvert les hostilités en tirant des salves de roquettes vers Israël, en «solidarité», avec les Palestiniens blessés lors d'affrontements avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées de Jérusalem, le 7 mai. Un retour de la violence qui fait aussi suite aux tensions dans le quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est, où des familles palestiniennes ont été menacées d'expulsion par des colons juifs. Comment ces deux événements ont-ils entraîné un regain des violences entre les deux parties? Pourquoi des tensions inédites sont-elles apparues entre les arabes et les juifs au sein même de Jérusalem? Comment l'extrême droitisation de la politique israélienne a-t-elle envenimé la situation? Et comment le Hamas est-il perçu par la population palestienne? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

75 - Quel est l'héritage géopolitique de François Mitterrand, atlantiste de cœur et européen convaincu?

Il y a quarante ans, le 10 mai 1981, la gauche arrivait au pouvoir pour la première fois sous la Ve République avec l'élection de François Mitterrand à sa présidence. Jeunes trentenaires et journalistes à l'époque, Jean-Marie Colombani et Alain Frachon reviennent sur les années Mitterrand, l'union de la gauche et les rapports du président socialiste avec les dirigeants du reste du monde. Pour écouter le denier discours de François Mitterrand, cité dans cet épisode, rendez-vous sur le site de l'INA. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

74 - L'incapacité d'Israël à se doter d'un gouvernement sonne-t-elle la fin de l'ère Netanyahou?

Le 23 mars dernier, Israël votait pour élire les 120 membres de la Knesset. Une élection qui a placé le parti de Benyamin Netanyahou en tête avec 25% des voix, suivi des centristes du Yesh Atid, des ultra-religieux du Shas, des centristes de Benny Ganz, de la droite et des travaillistes. Une victoire très relative du Premier ministre, puisque son parti perd cinq points et six sièges. Le scénario post-élections de 2021 ressemble furieusement à celui de 2020. Encore une fois, il est extrêmement difficile de former un gouvernement, tâche dont Netanyahou a été chargé par le président israélien Rivlin avant d'échouer. C'est désormais au tour du leader du Yesh Atid, Yaïr Lapid, de s'y atteler, en intégrant peut-être l'extrême droite pour éviter de nouvelles élections. Cet échec marque-t-il la fin de la carrière de Netanyahou? Comment expliquer sa longévité à la tête du gouvernement israélien? Et pourquoi le pays vote-t-il aussi souvent? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

73 - Covid-19: comment l'Inde a perdu le contrôle de l'épidémie

Trois mille six cents morts pour la journée du 28 avril, 205.000 au total, plus de 18 millions de cas pour une population de près d'1,3 million d'habitants et des courbes toujours en hausse. L'épidémie, devenue incontrôlable, serait aggravée par un variant que l'on soupçonne d'être particulièrement contagieux. Le tout dans un contexte politique tendu, d'élection au Bengale-Occidental, une région qui résiste pour l'instant à l'ascencion du BJP, le parti nationaliste hindou du Premier ministe Narendra Modi. Comment le pays en est-il arrivé là? Que révèle la crise de l'État de l'Inde? Dans quelle mesure le gouvernement Modi a-t-il failli? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et Robin Tutenges, photojournaliste, en direct de Calcutta. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

72 - Le Royaume-Uni va-t-il imploser?

Le 6 mai, le Royaume-Uni va voter en masse et c'est tout le paysage politique qui pourrait en être changé. Ces élections locales doivent renouveler 145 conseils locaux en Angleterre, élire treize maires dont celui de Londres, ainsi que les parlements gallois et écossais et feront aussi office de test pour le premier ministre Boris Johnson, qui est parvenu à redonner un peu d'air aux Britanniques. Après un emballement spectaculaire de l'épidémie de Covid due au variant anglais et à une stratégie hésitante du gouvernement, le pays semble avoir maîtrisé la situation, et les 1.000 morts par jour du mois de janvier paraissent n'être désormais qu'un mauvais souvenir. Boris Johnson peut-il tirer profit de sa gestion de la crise sanitaire? La victoire annoncée des indépendantistes écossais va-t-elle pousser Nicola Sturgeon à demander un nouveau référendum? Le Pays de Galles et l'Irlande du Nord, qui ont connu de nouvelles tensions communautaires, vont-ils eux aussi avoir des envies d'autonomie? Une situation explosive que nous analysons dans cet épisode, au cours duquel nous reviendrons aussi sur la mobilisation du peuple footbalistique anglais contre la Super League et sur la phase délicate que traverse actuellement la monarchie. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales? Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

71 - L'Europe se montre-t-elle trop faible face à la Turquie d'Erdoğan?

C'est une image qui a fait le tour de l'Europe: celle du président turc Erdoğan et du président du Conseil européen Charles Michel prendre place en majesté sur deux fauteuils dans l'une des salles du palais présidentiel turc et la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen reléguée sur un canapé, à quelques mètres des deux dirigeants et au même niveau que le ministre turc des Affaires étrangères. De vives réactions dues à ce geste ont éclipsé le contenu même de la rencontre. Que devait-il vraiment s'y jouer? L'Union ne se montre-t-elle pas trop faible face à un Erdoğan bien seul sur le plan géopolitique? Et qu'est-ce que le #sofagate dit de la place des femmes dans le pays? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, rejoints cette semaine par Ariane Bonzon, journaliste et autrice de Turquie, l'heure de vérité. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Nina Pareja

episode sybel imglogo play

70 - De «Sleepy Joe» à «Speedy Joe», comment Biden va réformer les États-Unis en profondeur

2.000 milliards, c'est le montant des investissements prévus par Joe Biden dans les infrastructures pour reconstruire les États-Unis. Ces investissements, prévus sur huit ans, seront financés par des hausses d'impôts, et s'ajouteront aux 1.900 milliards déjà débloqués pour le plan de relance post-Covid définitivement validé par le Sénat début mars. Des montants impressionnants au pays de Reagan, qui nous avait plutôt habitués à un désengagement de l'État depuis les années 1980, et un volontarisme politique de la part de Joe Biden. À quoi va servir tout cet argent? Comment Joe Biden va-t-il financer ce colossal plan de relance? Pourra-t-il le faire adopter par le Sénat et la Chambre des représentants, où il dispose d'une courte majorité? L'Europe, qui s'est pour l'instant contentée d'un plan de 750 milliards d'euros, peut-elle faire la même chose? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et Éric Le Boucher, éditorialiste aux Échos et à Slate, spécialiste des questions économiques. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

69 - Doit-on s'inquiéter du sentiment de toute-puissance de la Chine?

Pour ses dirigeants, la Chine fait désormais plus que jeu égal avec la première puissance mondiale, les États-Unis: elle la supplante. Un sentiment perceptible dans l'assurance de la Chine sur le plan intérieur, avec une répression décomplexée de celles et ceux qui n'entrent pas dans le narratif national, mais aussi sur le plan international avec un ton toujours plus ferme voire agressif. Menaçant envers ses voisins directs, de moins en moins diplomate avec l'Occident, comme on l'a vu récemment en France, le pays inquiète et braque l'Ouest, de plus en plus méfiant. La Chine est-elle en passe de prendre le leadership international? Faut-il craindre son rapprochement avec la Russie? Pékin va-t-il envahir Taïwan, comme le redoute un haut gradé américain? Si oui, quelles en seraient les conséquences sur le plan international? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

68 - Joe Biden-Vladimir Poutine: derrière la guerre des mots, le retour des tensions

«C'est celui qui le dit qui l'est!» Voilà la réponse de Vladimir Poutine à son homologue américain Joe Biden, qui l'a qualifié de «tueur» lors d'une interview accordée à ABC. Au-delà de cet échange par médias interposés, où en est la relation russo-américaine? Après l'ambiguïté des années Trump, Joe Biden a fait le choix de la fermeté face à un Poutine de plus en plus déterminé à défendre les intérêts de la Russie. Et si l'Américain affirme son attachement à la défense des droits humains, le Russe, lui, serre toujours plus la vis: fragilisé dans l'opinion, inquiet des oppositions naissantes à l’approche des législatives, Vlamidir Poutine attaque toujours plus les principes démocratiques. Que craint l'homme du Kremlin? Quel tour vont prendre les relations entre les deux surperpuissances? Quelle place, dans ce duopole, pour une Europe contrainte de vivre dans la crainte des volontés impérialistes de Moscou? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

67 - Le pape François en Irak, une visite historique dans un pays en crise

Vendredi 5 mars, l'avion du pape François s'est posé à Bagdad pour une visite de trois jours. C'est le premier déplacement à l'étranger de François depuis le début de la crise sanitaire. Un voyage historique: il est le premier pape à se rendre dans le pays d'Abraham, où il a rencontré l'ayatollah Ali al-Sistani. Le souverain pontife a parcouru le pays comme aucun chef d'État étranger ne l'a fait depuis des années. Un pays particulièrement instable, secoué par les affrontements entre milices chiite et sunnite et en proie, comme le reste du monde, à la crise sanitaire. Dans quel état se trouve l'Irak dix-huit ans après l'invasion américaine de 2003? Quel peut être l'impact de la rencontre entre le chef de l'Église catholique et l'ayatollah al-Sistani? Quelle est la situation des chrétiens aujourd'hui en Irak? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

66 - Pourquoi Le Pen et Salvini ne considèrent plus l'Europe comme un problème

Amorcé en 2019 avec l'abandon du Frexit et de la sortie de l'Euro, le virage politique de Marine Le Pen par rapport à l'Union Européenne semble se confirmer. En Italie, c'est Matteo Salvini, patron de la Ligue, mouvement populiste, souverainiste et identitaire qui a fait sa mue à l'occasion des négociations pour la constitution du gouvernement Draghi. Les deux leaders populistes semblent désormais revêtir des costumes d'europhiles, le tout alors que la cohésion des pays de l'Union européenne semble mise à rude épreuve par les stratégies de chacun contre le Covid. Côté francais, assiste-t-on à une prise de conscience pragmatique ou cela relève-t-il d'une stratégie purement politique? Est-ce que ces recentrages peuvent profiter à d'autres forces politiques eurosceptiques au Parlement européen? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Benjamin Saeptem Hours / Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

65 - La course aux vaccins, une nouvelle «Guerre froide»?

Les vaccins contre le Covid-19 sont au centre de toutes les attentions. Ils sont l'espoir auquel se raccrochent les gouvernements du monde entier pour sortir de la crise sanitaire qui nous touche depuis un an. Si leur mise au point s'est faite en un temps record, en matière de distribution du précieux liquide, les choses se compliquent. Les États clients se livrent ainsi à une véritable lutte pour récupérer leur dose, pendant que les États producteurs étendent leur domination sur le marché des vaccins. Ces puissances se livrent alors à un jeu d'influence qui rappelle fortement celui de la Guerre froide, bloc de l'Ouest versus bloc de l'Est. Le vaccin est-il devenu une arme diplomatique? Pour quelles raisons les pays européens ne distribuent pas encore les vaccins chinois et russes? Comment justifier l'absence de la France dans le petit cercle des pays fournisseur du vaccin? Pour aller plus loin, nous vous conseillons l'article de Richard Arzt, «La Chine étend son influence en vaccinant le monde à tour de bras». Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

64 - Pourquoi la France maintient-elle des troupes au Sahel?

Les 15 et 16 février derniers, le G5 Sahel se réunissait à N'Djaména, au Tchad, pour un sommet de deux jours auquel le président Macron a participé en visioconférence. Ce fut l'occasion de faire un point sur la crise qui touche la région. La France y est engagée depuis maintenant huit ans, d'abord via l'opération Serval en 2013, puis, dès 2014, via l'opération Barkhane. Avec actuellement 5.100 soldats français déployés au Sahel (dont cinquante sont morts depuis 2013), la question du retrait des forces françaises était à l'ordre du jour. Finalement, nul départ n'a été annoncé par Emmanuel Macron, qui au contraire affirme qu'aucune baisse des effectifs n'était envisagée dans l'immédiat. Huit ans après le début des opérations au Sahel, quel bilan peut-on dresser? Pour quelles raisons Emmanuel Macron a-t-il choisi d'y maintenir les troupes? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

63 - La présidence de Joe Biden va-t-elle faire avancer les droits humains dans le monde?

Dans la nuit du 10 au 11 février, Joe Biden et Xi Jinping ont eu une très longue conversation téléphonique, selon le président américain. À en croire la Maison-Blanche, les sujets les plus sensibles ont été évoqués, du cas des Ouïghours aux atteintes à la démocratie à Hong Kong. Si Trump sympathisait avec les autocrates dans une approche unilatérale et brutale, Biden, lui, semble faire des droits humains un marqueur fort de sa politique internationale. Cette position est-elle sincère? Est-elle tenable et même souhaitable? Peut-il imposer sa vision aux autres grandes puissances telles que la Chine et la Russie? Comment se passent les négociations entre adversaires diplomatiques? Et comment se positionne la France dans tout ça? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

62 - En pleine crise économique, sanitaire et politique, l'Italie s'en remet à «Super Mario»

Comme si les crises sanitaire et économique ne suffisaient pas, c'est maintenant une crise politique qui frappe l'Italie. Matteo Renzi s'est retiré ce mardi de la coalition qu'il avait rejointe en 2019, entraînant la chute du gouvernement Conte II. Il est parti pour protester contre la répartition du fonds de soutien accordé à Rome par Bruxelles –209 milliards à répartir pour amortir le choc de la crise. Mario Draghi a été désigné président du Conseil par le chef d'État italien Sergio Mattarella pour remplacer Giuseppe Conte. Quel est le parcours de Draghi? Où se situe-t-il politiquement? L'ancien directeur de la BCE, surnommé «l'homme qui a sauvé l'euro» va-t-il réussir à sauver l'Italie? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

61 - Pourquoi Alexeï Navalny inquiète autant Vladimir Poutine

Ce mardi, le nouveau président américain Joe Biden a appelé l'éternel (ou presque) président russe Vladimir Poutine. Un premier échange téléphonique dont la teneur a été publiée sur le site de la Maison-Blanche. Les deux hommes ont discuté de la prolongation du programme New Start, qui doit limiter le recours aux armes nucléaires, et ont évoqué plusieurs sujets qui fâchent. Parmi eux: le soutien de Washington à l'Ukraine, le cyberespionnage dont ont été victimes les États-Unis, le cas de l'Afghanistan, l'ingérence russe dans les élections américaines et du cas d'Alexeï Navalny, opposant numéro un, actuellement emprisonné après son retour en Russie, le 17 janvier dernier. Qui est Alexeï Navalny dont l'Occident demande la libération? Que penser de la répression des manifestations pro-Navalny en Russie? Biden a-t-il tenté de mettre la pression à Poutine? Quelles relations se profilent entre Washington et Moscou? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

60 - Joe Biden président: ce que ça va changer pour les États-Unis et le reste du monde

Ce mercredi 20 janvier 2021, Donald Trump a fait ses adieux à la Maison-Blache et Joe Biden a pris ses fonctions de président des États-Unis. Le tout sans heurt et sans public, en raison des restrictions dues à l'épidémie de Covid-19. Le soir même de son investiture, Joe Biden s'est empressé de signer dix-sept décrets. Ils concernent, entre autres, l'immigration avec l'arrêt de la construction du mur à la frontière mexicaine et la fin du «Muslim travel ban» interdisant l'entrée sur le territoire aux étrangers en provenance de pays musulmans, ou encore le retour des États-Unis dans l'accord de Paris sur le climat. Biden veut aller vite pour réparer l'Amérique, comme nous vous l'expliquons dans notre autre podcast, New Deal, qui remplace désormais Trump 2020. Joe Biden n'est pas le seul à avoir pris ses fonctions mercredi. Il a avec lui l'ensemble de son cabinet: Kamala Harris, bien sûr, en tant que vice-présidente, mais aussi le francophile Anthony Blinken au secrétariat d'État, Lloyd Austin, premier Afro-Américain à la Défense, Merrick Garland à la Justice, Janet Yellen au Trésor. Beaucoup ont salué la diversité et la représentativité de ce cabinet: des hommes, des femmes, des minorités. Ce gouvernement est-il capable de réconcilier l'Amérique? Est-il composé de façon à satisfaire l'électorat démocrate? Que pensent les chefs d'État étrangers de l'entrée en fonction de Joe Biden à la tête de la première puissance économique mondiale? De son côté, privé du soutien de Donald Trump, le président turc Erdoğan tente de se rapprocher de l'Union européenne. Dans quel but? Et comment cela va-t-il influer sur la géopolitique méditerranéenne? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

59 - Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les actes, puisque les camions de déménagement sont enfin arrivés à la Maison-Blanche. La transition entre les administrations est en train de se dérouler sans trop de heurts. Et pourtant, dans les derniers jours de sa présidence, et malgré son absence de Twitter, Trump n'a jamais été aussi présent. Le futur ex–président est au cœur des débats à la Chambre des représentants. Elle a lancé, et c'est historique, une deuxième procédure de destitution. Elle n'aboutira évidemment pas avant l'entrée en fonction de Biden. Si elle passe le Sénat, elle pourrait bien débarrasser les États-Unis de Donald Trump pendant un moment. Tout cela se déroule sur une Amérique clivée comme jamais, au point que le FBI redoute des explosions de violence aux quatre coins du pays, le 20 janvier. La destitution de Donald Trump va-t-elle aboutir? Trump ne pourra-t-il plus jamais se présenter? Son procès va-t-il entacher le début du mandat de Joe Biden? Peut-on imaginer que Donald Jr., un de ses deux fils, puisse un jour prendre le relais? Vous pouvez (re)lire l'article de Slate.fr. cité dans ce podcast en cliquant ici. Réponses dans Le Monde devant soi un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

58 - Le jour où la démocratie américaine a vacillé

Le 6 janvier, la Chambre des représentants et le Sénat se sont réunis pour la certification de l'élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis. Normalement, c'est une formalité. Mais cette fois, une partie des Républicains, tout en sachant que cela ne servirait à rien, a tenté de ralentir le processus, en contestant certains résultats. Le jour même, quelques heures avant la réunion, Donald Trump a tenu un discours dans lequel il fait ce qu'il fait depuis le 3 novembre: mobiliser les plus extrêmes de ses partisans en dénonçant des élections volées. Ainsi, pendant que les parlementaires travaillaient, des dizaines de militants sont entrés au Capitole, jusque dans le bureau de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et ont investi l'hémicycle. Bilan: cinq morts, dont un policier, des dizaines de blessés, un pays sous le choc, des ministres qui démissionnent, et un Trump isolé qui a dû se résoudre à appeler au calme, et donc à lâcher ses partisans. Retour sur cette folle journée dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Montage et réalisation: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

57 - Dans quel état 2020 laisse-t-il le monde?

Pour ce dernier épisode de 2020, retour sur les personnages marquants de l'actualité internationale, ceux qui nous ont fait beaucoup parler, dans LMDS et ailleurs. Reverra-t-on Donald Trump après son départ de la Maison-Blanche? Quelle image pour la Chine, épicentre dans l'épidémie de Covid-19, et artisane de la diplomatie du masque et du vaccin? Vladimir Poutine paiera-t-il sa mauvaise gestion de la maladie? Quelles traces laissera le virus dans l'ordre du monde? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Montage et réalisation: Benjamin Saeptem Hours

episode sybel imglogo play

56 - Le retour de la menace russe?

Panique aux États-Unis après la découverte d'une cyberattaque de très grande ampleur ciblant des ministères-clés, des agences gouvernementales et des entreprises privées. L'attaque a été attribuée à la Russie, qui dément en être l'autrice. Reste que Moscou effraie: la Suède vient de se lancer dans une grande opération de réarmement, inquiète de l'agitation russe en mer Baltique. La menace Poutine est-elle de retour? Quelles conséquences peut avoir cette cyberoffensive? L'Europe est-elle prête en cas de dérapages russes? Et l'OTAN réussira-t-elle à nous protéger? Réponses dans Le Monde devant soi, un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Montage et réalisation: Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

55 - Maroc - Israël, un accord réellement «HISTORIQUE»?

C'est avec deux tweets que Donald Trump a annoncé la reconnaissance d'Israël par le Maroc, qui devient le sixième pays arabe à reconnaître l'État juif, après l'Égypte, la Jordanie et plus récemment le Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Soudan. «Aujourd'hui, j'ai signé une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. La proposition d'autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc est la SEULE base d'une solution juste et durable pour une paix et une prospérité durables!» «Une autre avancée HISTORIQUE aujourd'hui! Nos deux GRANDS amis Israël et le Royaume du Maroc ont convenu de relations diplomatiques complètes –une avancée massive pour la paix au Moyen-Orient!» Rappelons que Rabat et Tel-Aviv avaient ouvert des relations diplomatiques dans les années 90 avant de les rompre en 2000, peu après le début de la deuxième intifada. Cette reprise des relations entre les deux pays est-elle historique, comme le dit Trump? Qu'implique la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental? Cela peut-il créer des tensions dans le Maghreb? Le conflit israélo-palestinien est-il un enjeu majeur pour les pays arabes? Faut-il mettre ces normalisations des relations au crédit de Trump? Joe Biden va-t-il poursuivre sur cette voie? Réponses dans Le Monde devant soi, un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Montage et réalisation : Aurélie Rodrigues

episode sybel imglogo play

54 - «Giscard représente un art de gouverner qui n'existe plus»

Cette semaine dans Le Monde devant soi, retour sur les années Giscard. L'ancien président de la République est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans des suites du Covid-19. Lors de son discours d'investiture en 1974, Valéry Giscard d'Estaing s'était montré très moderne dans sa volonté de partager le pouvoir et dans son inclusivité, mais aussi très classique, avec une référence, comme tous les autres, au changement. Ce changement promis par le président à l'époque, a-t-il eu lieu? On a beaucoup comparé Macron à VGE. À raison? Pourquoi n'a-t-il pas été réélu? Et quel bilan laisse-t-il en matière de politique étrangère? Réponses dans Le Monde devant soi, un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

53 - Comment les États-Unis de Biden vont-ils se comporter avec la reste du monde?

C'est fait, ou presque. On connaît enfin le nom du prochain secrétaire d'État des États-Unis. Ce sera Anthony Blinken, un francophone fan de rock. C'est l'une des premières nominations annoncées par Joe Biden et beaucoup semblent s'en satisfaire. L'occasion pour nous de nous arrêter dans cet épisode du Monde devant soi sur le futur de la diplomatie de la Maison-Blanche. Pour les quatre prochaines années, Washington sera-t-il contre ou avec le reste du monde? Quel bilan Trump et Mike Pence laissent-ils? Quel avenir pour les relations transatlantiques? Réponses dans Le Monde devant soi un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

52 - Même en Europe, l'État de droit reste un concept fragile

En 2020, l'Union européenne a su par deux fois surmonter ses désaccords historiques: pour boucler un budget disputé entre pays «frugaux» et pays «gourmands», et pour signer un plan de relance de 750 milliards d'euros afin d'aider une économie bien mal en point en raison de la crise sanitaire. Tout se déroulait à merveille avant que deux pays membres sèment le trouble: la Hongrie de Viktor Orban et la Pologne de Mateusz Morawiecki ont ainsi bloqué le plan de relance et budget au prétexte que le versement de fonds communautaires est désormais conditionné au respect de l'État de droit. Pourquoi cette règle agace-t-elle les deux pays? Budapest et Varsovie sont-elles vraiment en position de force? Et la France, qui se pose en garante de l'État de droit, ne doit-elle pas faire son examen de conscience à l'heure où son gouvernement cherche à limiter la liberté de la presse et à imposer un projet de loi très critiqué sur le «séparatisme»? Réponses dans Le Monde devant soi un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

51 - La défaite de Donald Trump signera-t-elle la victoire du complotisme?

Samedi 7 novembre, CNN fut la première chaîne à annoncer la victoire du Démocrate Joe Biden. Ce qui devait arriver arriva: Donald Trump n'a pas accepté le résultat et ne l'accepte toujours pas. Le président sortant multiplie les recours dans de nombreux États, pour l'instant en pure perte puisque aucune fraude qu'il dénonce n'est avérée. Trump fait ce qu'il sait faire: asséner et propager des fake news, dont on se demande finalement s'il n'y croit pas lui-même. Cette posture de Donald Trump va-t-elle finir de le décrédibiliser aux yeux de l'électorat américain, ou risque-t-elle au contraire de cliver encore plus le pays et de le plonger dans un genre de guerre civile froide? Comment ouvrir les yeux de celles et ceux qui se laissent séduire par le discours complotiste du président battu? Les institutions américaines vont-elle résister? Réponses dans Le Monde devant soi un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

50 - Après quatre ans de trumpisme, des États plus que jamais désunis

Après quatre ans à la Maison-Blanche, Donald Trump a toujours plus de supporters. Loin de s'effriter, sa base électorale s'est étoffée de quelque 6 millions de suffrages supplémentaires. Comment expliquer cette adhésion populaire à une présidence que, vue d'Europe, on a parfois du mal à comprendre? Cette adhésion qui perdure malgré une prise de distance de nombreux médias? La Cour suprême, largement républicaine, soutiendra-t-elle Donald Trump dans la guérilla judiciaire qu'il annonce? Des questions auxquelles cet épisode du Monde devant soi tente de répondre en revenant sur les programmes des candidats, ainsi qu'en analysant la sociologie de l'électorat du président-candidat et l'état du Parti républicain. Le Monde devant soi est un podcast hebdomadaire sur l'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et cette semaine, Marie Telling, journaliste pour Slate.fr et BuzzFeed US. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Traduction de l'allocution de Donald Trump: BFMTV

episode sybel imglogo play

50 - Trump vs Biden: le pire des scénarios (épisode spécial Le Monde devant soi x Trump 2020)

Pour cet épisode spécial, Trump 2020 s'est associé au Monde devant soi pour revenir sur cette nuit électorale. À l'heure où nous publions ce podcast, ce qu'on pressentait depuis quelques semaines est arrivé: on ne sait pas qui est élu. Parce que certains États prennent leur temps pour compter les voix, comme la Pennsylvanie ou la Georgie. Parce que de nombreux électeurs ont voté par correspondance, un vote traditionnellement démocrate. Et désormais tout est un jeu de communication. Que peut-on imaginer pour la suite des événements? Pourquoi de nombreux États mettent-ils du temps à donner les résultats? Quel est le poids du vote par correspondance qu'il reste encore à dépouiller? Les sondages se sont-ils trompés? Les minorités ont-elle finalement choisi Trump? Et la démocratie américaine est-elle dévoyée par le président sortant? Réponses dans cet épisode de Trump 2020 présenté par Christophe Carron, avec Laurence Nardon, chercheuse à l'IFRI et spécialiste des États-Unis, Romain Dessal, fondateur de TTSO, Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate, Alain Frachon, éditorialiste au Monde et spécialiste des questions internationales, Bérengère Viennot, traductrice et journaliste pour Slate, autrice de la Langue de Trump aux Arènes, et Mathieu Gallard, directeur de recherches chez Ipsos. Pour suivre la course à la présidentielle américaine, Slate.fr s'est associé à la newsletter «Time to Sign Off» (TTSO) et à l'Institut français des relations internationales (IFRI) pour proposer tous les mercredis le podcast Trump 2020, avec Laurence Nardon, chercheuse à l'IFRI et spécialiste des États-Unis, et Romain Dessal, fondateur de TTSO. Suivez-nous sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez aussi le Slate Podcast Club sur Facebook.

episode sybel imglogo play

49 - Pourquoi Erdoğan s'en prend-il à Macron (et au reste du monde)?

Mercredi 21 octobre, le président Macron prononçait un discours lors de l'hommage national à Samuel Paty, ce professeur d'histoire-géographie décapité à Conflans-Sainte-Honorine. Ses mots sur les caricatures ont mis une partie du monde musulman en colère et provoqué le boycott de marques françaises. Parmi les voix les plus fortes, celle du président turc: Erdoğan a multiplié les attaques contre le Français, politiques mais aussi ad hominem. Excédé, Paris a rappelé son ambassadeur en Turquie, ce qui n'était pas arrivé depuis 1901. Particulièrement actif et provocateur, Erdoğan semble vouloir s'imposer en leader du monde musulman. Mais dans quel but? Pourquoi s'en prend-il à la France? Qui sont les manifestants turcs qui ont défilé cette semaine près de Lyon et Dijon? La Turquie est-elle encore une alliée? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et cette semaine, Ariane Bonzon, journaliste spécialiste de la Turquie. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

48 - Aux sources du terrorisme islamiste qui frappe la France

Trois semaines après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, l'assassinat de Samuel Paty, vendredi 16 octobre, a plongé la France dans l'effroi. La mort de ce professeur, tué pour avoir montré des caricatures de Mahomet, a clivé un débat qui semble désormais impossible. Dans cet épisode, nous ne revenons pas sur les déclarations des uns et des autres, et nous gardons bien d'envenimer un peu plus un débat qui n'a besoin que d'une chose: d'apaisement. Nous vous proposons plutôt d'essayer de faire le point sur la géopolitique du terrorisme islamiste. Avons-nous affaire à un nouveau genre de terrorisme? Quel est le poids des organisations terroristes au Moyen-Orient aujourd'hui? La France est-elle la première cible en Europe? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et cette semaine, Frédéric Encel, géopoliticien, auteur de nombreux ouvrages dont le récent Que sais-je?, Les 100 mots de la guerre, et Géopolitique de la nation France, cosigné avec Yves Lacoste, publié aux PUF en 2016. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

47 - Brexit: le jeu dangereux (et perdant) de Boris Johnson

Voilà quatre ans que les Britanniques ont voté pour une sortie de l'Union européenne lors d'un référendum organisé par David Cameron, le Premier ministre de l'époque. Depuis, les négociations patinent. Le Royaume-Uni nous a bel et bien quittés le soir du 31 janvier 2020, mais sans qu'aucun accord ne soit réellement trouvé: les négociateurs s'étaient donné quelques mois, jusqu'au 1er janvier prochain, pour établir un accord de libre-échange entre Londres et Bruxelles. En quoi consistent ces négociations? Que reste-t-il à décider? Quels sont les points de blocage? Comment l'Europe a-t-elle su résister aux manipulations de Boris Johnson? Peut-on vraiment lui faire confiance? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et cette semaine, Marion Van Renterghem, journaliste et spécialiste des affaires européennes. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

46 - Trump en roue libre, quels risques pour les États-Unis?

Même après quatre ans de présidence absurde, folle, outrancière, Donald Trump arrive encore à étonner. En réalité, il inquiète: dans la mise en scène de sa contamination au Covid, dans les risques qu'il fait prendre à son entourage, quand il se fait de plus en plus agressif à l'encontre de son adversaire Joe Biden et sa colistière Kamala Harris. Bref, le président américain sortant fait feu de tout bois, avec une seule idée en tête, nommer Amy Coney Barrett à la Cour suprême avant le scrutin. Comme s'il avait besoin d'une voix pour trancher en sa faveur en cas de litige, ou de triche –pour le dire moins poliment. Trump respectera-t-il les valeurs démocratiques le soir du 3 novembre? Les Républicains vont-ils enfin le lâcher? Comment contenir un président dont l'hubris semble hors de contrôle? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

45 - Haut-Karabakh, une poudrière au cœur du Caucase

Le 27 septembre, de violents affrontements ont éclaté dans le Haut-Karabakh, région dans l'ouest de l'Azerbaïdjan. D'un côté, les séparatistes soutenus par l'Arménie, de l'autre, l'armée azérie. Un nouvel épisode dans le conflit sans fin qui oppose Erevan à Bakou depuis la chute de l'URSS, en 1991. Pour quelles raisons ce conflit vieux de trois décennies reprend-il aujourd'hui? Comment et pourquoi la Turquie souffle-t-elle sur les braises? La Russie et la France, qui haussent le ton, seront-elles entendues par les belligérants? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et Ariane Bonzon, journaliste, spécialiste de la Turquie. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

44 - Faire la paix avec Israël pour contrer l'Iran, la nouvelle stratégie de certains pays arabes

Le 15 septembre, les dirigeants d'Israël, des Émirats arabes unis et de Bahreïn se sont retrouvés à la Maison-Blanche pour apposer leurs signatures aux accords d'Abraham. Il s'agit de deux traités de paix entre Jérusalem et Abou Dabi d'un côté, entre Jérusalem et Manama de l'autre. Cette normalisation des rapports entre l'État hébreux et deux pays du Golfe est présentée comme historique par la Maison-Blanche. L'est-elle vraiment? En quoi consistent ces accords d'Abraham et peuvent-ils réellement contribuer à amener la paix au Moyen-Orient? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Photo: Saul Loeb / AFP

episode sybel imglogo play

43 - Face à la Chine et au reste du monde, l'Europe se réveille enfin

Ce mercredi 16 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen prononçait son premier discours sur l'état de l'Union européenne devant les eurodéputé·es réuni·es à Bruxelles. Écologie, droits des personnes LGBT+, fin des accords de Dublin, appel pour une Europe de la santé… Des prises de positions qui ressembleraient presque à un programme de campagne électorale pour un discours prononcé à un moment crucial dans l'histoire de l'Union européenne, soumise à des secousses internes –Brexit, gestion de la pandémie de Covid-19–, et extérieures –des provocations d'Erdoğan à celles de Poutine en passant par Pékin. Le discours de la présidente de la Commission européenne tranche-t-il avec celui de ses prédécesseurs? Cette nouvelle présidence marque-t-elle un tournant pour l'Europe et ses citoyen·nes? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

42 - Empoisonnement de Navalny, ingérence en Biélorussie, faut-il craindre Poutine?

Ce 9 septembre, le Kremlin a annoncé que le président biélorusse Alexandre Loukachenko devait se rendre en Russie afin de discuter des conflits régionaux en Europe avec Vladimir Poutine. Ce même jour, l'ancien président de la République française, François Hollande, déclarait au micro de Jean-Jacques Bourdin que «le président russe ne comprend que le rapport de force. On le voit sur l'affaire de la Biélorussie, qui demain, peut être une nouvelle conquête russe, comme ça s'est fait sur une partie de l'Ukraine. L'Europe doit comprendre l'intention de Vladimir Poutine, reconstituer la géographie de l'ancienne Union soviétique.» Poutine a-t-il vraiment cette volonté impérialiste d'annexer, au moins en matière d'influence, les territoire perdus par Moscou à la chute de l'URSS? L'Europe, désormais seule face à la Russie, a-t-elle les reins assez solides pour contenir Vladimir Poutine? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

41 - Donald Trump peut-il faire imploser la démocratie américaine?

Pour cette nouvelle saison du Monde devant soi, nous avons voulu nous arrêter sur l'événement politique qui va marquer la fin d'année, l'élection présidentielle américaine. Le candidat démocrate Joe Biden fait la course en tête, en tout cas selon les sondages nationaux, qui ne sont pas toujours les meilleurs indicateurs. Donald Trump, lui, semble commencer à paniquer. Et pour vous en rendre compte, nous vous invitons à lire la traduction et le commentaire des tweets de Trump que nous publions chaque lundi sur Slate. Dans cette chronique tenue par Bérengère Viennot, vous verrez combien le président est aux abois: théories du complot, anathème contre les médias et même contre Fox News, Donald Trump ose tout et ne craint rien. Ni même d'appeler les électeurs à frauder, en novembre. Pourquoi la question du vote par correspondance obsède tant le président Trump? Cette élection peut-elle affaiblir considérablement la démocratie américaine? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Si l'actualité des élections américaines vous intéresse, vous pouvez aussi écoutez notre podcast Trump 2020, chaque mercredi sur Slate.fr. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

40 - Que retenir de l'actualité de juillet? On fait le récap

Juillet touche à sa fin, nous avons voulu revenir sur les cinq faits qui ont marqué l'actualité. L'accord européen pour un plan de relance post-Covid noué entre les vingt-sept dans la nuit du 20 au 21 juillet est-il aussi «historique» que le dit Emmanuel Macron? Pourquoi Recep Tayyip Erdoğan a-t-il décidé de refaire de Sainte-Sophie une mosquée? La Chine va-t-elle enfin devoir rendre des comptes sur les persécutions qu'elle inflige à sa minorité ouïghoure? Pourquoi Joe Biden a-t-il tant de mal à sélectionner sa colistière, celle qui pourrait devenir vice-présidente des États-Unis? Que cherche Marine Le Pen en publiant son Livre noir du coronavirus? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

39 - Pourquoi Israël hésite à annexer la Cisjordanie?

Ce mercredi 1er juillet, le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou devait dévoiler un plan de paix, qui passe par l'annexion d'une partie de la Cisjordanie. La journée est passée et aucune annonce n’a été faite sur ce dossier qui provoque la colère des Palestinien·nes et la réprobation d’une partie de la communauté internationale. Quel est ce plan et que prévoit-il? Pourra-t-il permettre l'établissement d'un État palestinien? Pourquoi Netanyahou, qui en a fait un argument électoral, semble-t-il reculer? Une défaite de Trump en novembre pourrait-elle mettre un coup d'arrêt à ce projet? Qu'en pense la France? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

38 - Pourquoi le dossier libyen empoisonne les relations entre la France et la Turquie

Retour sur la lutte d'influence que se livrent Ankara et Paris. Une lutte d'influence, pour ne pas dire une guerre d'influence, qui envenime quelque peu les relations entre les deux pays. Ainsi de cet incident survenu le 10 juin dernier, passé relativement inaperçu, entre des bateaux turcs et français au large de la Méditerranée. Ce jour-là, une frégate française qui patrouillait dans la zone pour le compte de l'OTAN a croisé un navire turc suspecté de violer l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Le bateau français reçoit l'ordre d'inspecter la cargaison et tente de contacter le cargo. Selon la France, à ce moment-là, une autre navire turc se serait fait menaçant, en pointant sur la frégate son radar de conduite de tir. C'est ce que l'on appelle des «illuminations radar», et il s'agit en gros de la dernière étape avant de tirer un missile. La Turquie dément et accuse le navire français d'avoir effectué une «manœuvre à grande vitesse et dangereuse». Treize jours plus tard, le 23 juin, Ankara a arrêté quatre personnes soupçonnées d'espionnage pour le compte de la France. Une réponse à une déclaration, la veille, d'Emmanuel Macron: «Je considère aujourd'hui que la Turquie joue en Libye un jeu dangereux.» Quel est le niveau de gravité de ces deux événements? Pourquoi Paris s'oppose-t-elle à Ankara à propos de la Libye? La France a-t-elle choisi le bon camp? La Turquie a-t-elle encore sa place dans l'OTAN? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Ariane Bonzon, spécialiste de la Turquie, autrice de Turquie, l'heure de vérité aux éditions Empreintes Temps présent, Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

37 - Faut-il déboulonner le passé?

La mort de George Floyd, tué le 25 mai dernier lors de son arrestation par la police de Minneapolis, a entraîné une immense mobilisation contre les violences policières et le racisme. Aux États-Unis, bien sûr, mais aussi en France où le mouvement antiraciste s'est réveillé sous de nouvelles formes autour, entre autres, du cas Adama Traoré, ce jeune homme mort lors de son interpellation par les gendarmes du Val-d'Oise en juillet 2016. Parmi les revendication de ce nouvel antiracisme, l'examen et la remise en cause de notre passé colonial et de l'esclavagisme. Ainsi, un peu partout dans le monde, des statues ont été vandalisées. Certaines ont un rapport direct avec l'oppression dont furent victimes les personnes réduites en esclavage –on pense par exemple à la statue d'Edward Colston, marchand d'esclaves britannique, jetée dans le port de Bristol. D'autres ont un lien qui semble plus ténu avec ce passé qui ne passe plus, comme celles de Churchill, taguée à Londres ou de de Gaulle, vandalisée à Haumont. Cette remise en cause de ces symboles n'est pas quelque chose de nouveau. On se souvient de cette grande manif d'extrême droite qui avait mal tourné, une manifestation organisée pour protester contre le déboulonnage d'une statue du général Lee, en août 2017. En France, la question se pose donc pour l'histoire coloniale. Et aux voix qui se sont élevées ces derniers jours, l'exécutif a répondu. D'abord le président de la République, Emmanuel Macron, dans son allocution du 14 juin, puis le Premier ministre, Édouard Philippe, le 17 juin au Sénat. Tous deux ont opposé une fin de non-recevoir. Comment l'expliquer? Les figures de l'histoire française ne peuvent-elle pas être remises en cause? A-t-on déjà déboulonné des statues ou rebaptisé des rues en France? Pourquoi la France semble avoir plus de mal à regarder en face cette partie de son passé que les États Unis? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

36 - Bernard-Henri Lévy: «On a vu se déployer une épidémie de terreur»

Dans Ce virus qui rend fou, publié chez Grasset, Bernard-Henri Lévy dresse un bilan d'étape sur cette «Première Peur mondiale» qui a produit «un réel plus invraisemblable que la fiction». Ce réel, c'est la crise sanitaire dont nous sommes en train de voir le bout, en tout cas en France, et les réactions à cette crise. La dénomination «Première Peur mondiale» résonne avec celle de Première Guerre mondiale, comme pour souligner l'ampleur du choc qui a secoué la quasi-intégralité de la planète, qui nous a tous rendus fous, explique le philosophe sidéré par ce «moment d'égarement». Confinement imposé sans consultation démocratique, soumission aux médecins tout-puissants, «providentialisme noir» de ceux qui veulent voir le Covid-19 comme une «divine surprise»... Bernard-Henri Lévy revient sur ces semaines où la peur a gouverné dans ce nouvel épisode du Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

35 - Menacé de toutes parts, Donald Trump va-t-il tenir?

«Fire and fury», le feu et la fureur. Ces deux mots utilisés par Donald Trump pour menacer Kim Jong Un du pire en août 2017, résument bien la situation dans laquelle se trouvent plongés les Etats Unis depuis la mort de George Floyd, cet afro-américain de 46 ans, tué lors de son interpellation par quatre agents de la police de Minneapolis, le 25 mai dans le Minnesota. Depuis, les manifestations se sont multipliées à travers le pays et continuent, malgré les émeutes, les pillages et les menaces de Trump, qui semble de plus en plus isolé. Les États-Unis vivent-ils un moment historique? Donald Trump panique-t-il? Les Républicains vont-ils le lâcher? Ses chances de réélection sont-elles compromises? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et Bérengère Viennot, traductrice et journaliste, autrice de La langue de Trump, aux éditions les Arènes. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

34 - Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997, Hong Kong garde depuis un statut à part –un pays, deux systèmes. Cela agace Pékin, qui aimerait reprendre le contrôle de la province où le mouvement pro-démocratie, en sommeil pendant la crise du Covid-19, a retrouvé de la vigueur ces derniers jours. En cause, deux lois, dont celle de sécurité nationale votée ce 28 mai à Pékin, court-circuitant les institutions locales. Que contient-elle, quelles menaces fait-elle peser sur la démocratie à Hong Kong? Le pouvoir hongkongais semble acquis à Pékin: Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif, soutient le projet. Mais qu'en est-il de la population? Quel regard porte le peuple chinois sur Hong Kong? Que peuvent vraiment faire les États-Unis, qui ont promis une riposte? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et Marion Van Renterghem, journaliste et autrice de Angela Merkel, l'ovni politique aux éditions Les Arènes. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

33 - Angela Merkel brise le tabou de la rigueur pour sauver l'Europe

Ce lundi 18 mai, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont présenté leur plan de relance pour l'Europe lors d'une conférence de presse commune. Un plan inédit qui prévoit que l'Union s'endette à hauteur de 500 milliards d'euros via la Commission européenne. Cet argent sera ensuite distribué aux États membres et aux secteurs qui ont été le plus impactés par la crise sanitaire. Avec cette association franco-allemande pour relancer l'économie européenne, Angela Merkel brise-t-elle le tabou de la rigueur? Cette prise de position de la chancelière est-elle politique ou pragmatique?  Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et Marion Van Renterghem, journaliste et autrice de Angela Merkel, l'ovni politique aux éditions Les Arènes. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

32 - Cette crise économique sera-t-elle la pire que nous ayons connue?

Cette semaine dans Le Monde devant soi, retour sur la crise économique dans laquelle nous a plongés la crise sanitaire avec Éric Le Boucher, éditorialiste aux Échos et à Slate, spécialiste des questions économiques. Une crise mondiale qui n'épargne pas la France et dont on dit qu'elle est peut-être la pire que nous ayons connue. Par son ampleur, et surtout, par son caractère inédit.  En France, l'Insee a annoncé un recul du PIB de 5,8% au premier trimestre. Le gouvernement table sur un recul de 8% sur 2020. Qu'est-ce que cela signifie concrètement? Peut-on quand même s'attendre à un rebond? Quelle leçon tirer de la situation chinoise, sortie du confinement il y a près d'un mois, qui connait une reprise assez difficile? L'Europe va-t-elle être sous tension quand il faudra aborder la question de la dette? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

31 - De la crise sanitaire à la crise sino-américaine

Après la crise sanitaire et la crise économique: la crise géopolitique. Le climat était déjà tendu entre Chine et États-Unis, mais ces derniers jours, on est monté d'un cran. Ce 29 avril, l'agence de presse officielle Chine nouvelle diffusait une vidéo de propagande produite par ses soins. Intitulée «Once upon a virus» (Il était une fois un virus), elle donne le beau rôle à Pékin accuse les États-Unis d'avoir mal géré l'épidémie. Ce 3 mai, c'est Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, qui affirmait qu'il existait «des preuves immenses» que l'épidémie de Covid-19 était partie du fameux laboratoire de virologie de Wuhan. Annonce évidemment démentie par le gouvernement chinois, mais aussi par de nombreux services de renseignement occidentaux. Bref, le virus a contaminé un peu plus les relations sino-américaines, particulièrement mauvaises depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. La Chine est-elle le coupable idéal? Trump cherche-t-il un adversaire à l'étranger pour renforcer son image sur le plan intérieur? Pourquoi la Chine est-elle aussi agressive? Et quelle position pour l'Europe et la France dans tout ça? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

30 - Le Covid-19, accélérateur de la rupture entre peuples et gouvernements?

Sera-t-on bientôt déconfiné·es? Si tout se passe bien, les restrictions imposées par le gouvernement seront assouplies le 11 mai. C'est en tout cas ce que nous a annoncé Édouard Philippe ce mardi 28 avril dans son long discours à l'Assemblée nationale. Le premier ministre a donné de sa personne, mais pourtant, il semble être inaudible et contesté de toute part —comme si cette crise sanitaire était devenue une crise de la confiance envers les institutions, le gouvernement et envers l'autre. Un sondage Elabe publié ce mercredi 29 avril montre que 62% des Français·es interrogé·es ne font pas confiance au gouvernement pour lutter contre l'épidémie. Est-ce qu'un autre gouvernement que celui actuellement en place aurait pu faire mieux? L'ancien senateur Henri Weber, disparu en début de semaine, parlait de «société de défiance»... Y sommes-nous?  Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Références: «Home Alone at the White House: A Sour President, With TV His Constant Companion», New York Times Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

29 - Chine, USA, Russie... le monde d'après le Covid-19 sera-t-il pire que celui d'avant?

«Je lis et j'entends que le monde d'après n'aurait rien à voir avec le monde d'avant. Je partage ce vœu, mais c'est de l'ordre de la prédiction. Ma crainte, c'est que le monde d'après ressemble furieusement au monde d'avant, mais en pire.» Ces mots, ce sont ceux du ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans une interview publiée le 20 avril dans le Monde. Une prédiction pour le moins pessimiste, à propos de l'équilibre des forces entre puissances internationale. Qu'est-ce que ce «monde d'avant»? Quels sont les blocs qui s’affrontent? Quelles sont les grandes fractures qui divisent le monde actuel? Comment les cours du pétrole pourraient-ils encore tout changer? Réponses dans Le Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

28 - Covid-19, la Chine sommée de rendre des comptes au reste du monde

Cette semaine dans le Monde devant soi, retour sur les derniers développements géopolitiques de cette crise liée à l'épidémie de Covid-19, avec l’offensive diplomatique de trois pays occidentaux, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, contre la Chine. Washington a déclaré ouvrir une enquête sur les orgines de la pandémine, Londres a averti Pékin qu’elle devrait répondre à des questions difficile, et Paris, par la voix d’Emmanuel Macron dans une interview au Financial Times, a évoqué «des choses qui se sont passées et qu’on se sait pas». Parallèlement, le contesté Luc Montagner, prix Nobel 2008, évoque une contamination accidentelle en lien avec des recherches en cours dans un laboratoire de Wuhan. Accès de complotisme? Règlement de comptes entre superpuissances? Quelle sera l'ambiance au prochain conseil de sécurité? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

27 - Covid-19: les 500 milliards de l'Union suffiront-ils à sauver le projet européen?

Enfin des nouvelles de l'Europe! Ce jeudi 9 avril, les ministres des finances des 27 pays membres se sont mis d'accord, après de longues heures de négociations: ce sera un plan de 500 milliards d'euros —240 milliards de crédits du fonds de secours européen, 100 milliards d'euros pour financer les mesures de chômage partiel et 200 milliards de fonds de garantie pour permettre à la Banque européenne de prêter aux entreprises. En revanche, aucun accord n'a été trouvé pour ce qui est des «coronabonds», c'est-à-dire la mutualisation des dettes demandée par la France, l'Espagne, et l'Italie. Que sont ces «coronabonds»? Pourquoi posent-ils problème? L'Europe joue-t-elle son existence sur sa réponse face à cette crise? Est-elle à la hauteur? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et Éric Le Boucher, éditorialiste aux Échos, à L'Opinion et à Slate.fr. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

26 - Aux origines du coronavirus

Au sommaire de cet épisode du Monde devant soi, l'épidémie de Covid-19. Cette semaine, nous allons remonter aux origines de la maladie avec le professeur Didier Sicard, médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ancien président du Comité consultatif national d'éthique. Si on ne sait pas exactement d'où vient le virus responsable de l'épidémie actuelle –une étude publiée dans Nature penche pour une recombinaison entre un coronavirus propre à la chauve-souris et un autre originaire du pangolin–, les contamination semblent partir d'un marché ouvert de Wuhan, en Chine, où sont vendus des animaux sauvages. Ce n'est pas la première fois qu'une épidémie est provoquée par la transmission d'un virus de l'animal sauvage à l'homme, pourquoi tant de mal à tirer leçon de ce qui nous arrive? Pourquoi faut-il étudier les animaux pour protéger les hommes? La Chine va-t-elle prendre ses responsabilité? Comment limiter le trafic d'animaux sauvages? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

25 - Covid-19, la «giletjaunisation» de la crise

Ce 27 mars, le dernier bilan de l'épidémie de Covid-19 en France fait état de 30.000 cas recensés pour près de 1.700 décès. Après presque deux semaines de confinement, le pays commence vraiment à s'inquiéter. Un sondage Ifop indique que 81% d'entre nous avons peur à l'idée de voir mourir nos proches, 62% craignons pour notre propre vie en cas de contamination par le coronavirus. Dans le même temps, la défiance envers le gouvernement ne fait que croître: si les cotes de popularité d'Emmanuel Macron et d'Édouard Philippe progressent, 73% des Français·es estiment que le gouvernement n'est pas à la hauteur. De plus, beaucoup reprochent à l'exécutif de ne pas avoir anticipé. Mais pouvait-on être préparé? Le gouvernement paie-t-il sa mauvaise communication. Par ailleurs, une figure a émergé, celle de Didier Raoult. Ce microbiologiste plaide en faveur d'un traitement à la chloroquine et bénéficie du soutien d'une partie de la population qui voit en lui un sauveur méprisé par l'élite. Cette crise réveille-t-elle les fantômes de 2018 avec cette opposition peuple contre élite? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et Éric Le Boucher, éditorialiste aux Échos, à L'Opinion et à Slate.fr. Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

24 - Covid-19, le gouvernement critiqué, la France indisciplinée

À ce jour, l’épidémie Covid-19 a fait 372 morts en France pour près de 11.000 personnes contaminées recensées —et on ne sait combien de cas passés sous les radars. Le pays est en état d’urgence sanitaire et on parle d’un mois de confinement, au moins, pour inverser la courbe des contaminations —un conseil de défense est prévu ce vendredi 20 mars pour en définir les modalités.  Comme le ministre de la Santé, Olivier Veran, l’a rappelé, plus elle sera respectée, moins la période de confinement durera. Pourtant, beaucoup de Français·es ont du mal à appliquer les règles. Comment analyser cette rétivité d’une partie de la population?   Côté gouvernement, les sondages sont bons pour Emmanuel Macron, mais en même temps, les critiques se font de plus en plus vives. Agnès Buzyn a ouvert le bal dans Le Monde, puis de nombreux employé·es et ouvriers ont manifesté leur mécontentement face à un gouvernement qui pousse les entreprises à continuer leurs activités… Enfin, les professeur·es commencent à s’émouvoir des propositions de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de modifier le calendier scolaire et de raccourcir la pause estivale. Qu'est-ce que le gouvernement risque-t-il? Que peut-on attendre des lendemains économiques?  Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

23 - Face au coronavirus, la remise en question d'Emmanuel Macron

Ce jeudi 12 mars, près de 25 millions de Français·es ont suivi l’allocution d’Emmanuel Macron. Vingt-sept minutes pendant lesquelles il a tenté de rassurer la population et annoncé des mesures fortes, comme la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités. C’est la première intervention solennelle du président depuis le début de la crise sanitaire, et il semble avoir fait la quasi unanimité. Que retenir des propos d'Emmanuel Macron sur la mondialisation? Quelles peuvent-être ses mesures de «rupture»? Pourquoi a-t-il choisi de ne pas reporter les élections municipales? Peut-on envisager une solution européenne pour endiguer la pandémie de Covid-19? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

22 - Pourquoi la Russie a-t-elle tué des soldats turcs?

Le 27 février, des frappes russes ont tué trente-trois soldats turcs dans la zone d'Idlib, une ville au nord de la Syrie, proche de la frontière avec la Turquie. Les tensions sont vives depuis longtemps dans la région, mais l'opération russo-syrienne a fait craindre une brutale escalade, voire un conflit ouvert entre Ankara et Moscou. Les diplomaties européennes, onusiennes et l'Otan s'en sont émues. Pendant ce temps, Erdogan a recommencé son chantage à l'Europe en ouvrant les frontières aux réfugiés. La Russie, elle, a tenté de faire redescendre la pression en signant un accord de cessez-le-feu avec la Turquie ce vendredi 6 mars. Quel est l'intérêt stratégique de la région d'Idlib, où les soldats turcs ont été tué fin février? L'accord russo-turc de cessez-le-feu est-il durable? Quelle est la nature des relations entre la Russie et la Turquie? Sont-ils des alliés de circonstance? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, Ariane Bonzon, journaliste spécialiste de la Turquie, autrice de «La guerre russo-turque n'aura pas lieu» publié sur Slate.fr. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

21 - À Bruxelles, pays «frugaux» contre pays «gourmands»

Ce jeudi 20 février a débuté le premier round de négociations du budget de l’Union européenne pour la période 2021-2027. Les débats en disent long sur l’avenir de l’Europe et les lignes de fracture qui la traversent. Ce budget est le premier à être discuté depuis le Brexit, le Royaume-Uni était le deuxième contributeur net, juste après l’Allemagne. Son absence entraîne une trou de 75 milliards sur sept ans pour l’Europe. Les trente heures de négociations menées la semaine dernière n’ont pas suffit pour mettre les 27 pays membres d’accord: aucun budget n’est bouclé. On ne sait pas encore quand les négociations vont reprendre, mais ce qu’on sait, c’est que deux camps se sont affrontés: les quatre frugaux (Allemagne, Pays-Bas, Suède, Autriche) contre le reste de l'Europe.  En débat, il y a les fonds de cohésion (323 milliards sur sept ans) destinés aux pays les plus pauvres de l'Union européenne comme les pays de l'Est, les pays baltes, Espagne, Grèce, Portugal). Comment être sûr de la bonne utilisation de cet argent? Si un mauvais budget est voté, peut-on s'attendre à un effet Brexit de la part d'autres pays européens? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.  Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

20 - La bataille pour Paris relancée, Buzyn peut-elle y arriver?

La semaine dernière, la publication de vidéo à caractère sexuel mettant en scène le candidat Griveaux a bouleversé la campagne pour la mairie de Paris. Trois femmes font désormais la course en tête: Anne Hidalgo, la sortante, Rachida Dati, la challengeuse, et Agnès Buzyn, la candidate surprise. Alors qu'on s'attendait à un classique duel gauche-droite, la désignation de l'ex-ministre de la Santé pour remplacer Benjamin Griveaux semble rebattre les cartes d'une élection capitale pour le président Macron.  Que nous apprennent les derniers sondages réalisés après la chute de Benjamin Griveaux? Peut-on imaginer un ralliement Villani-Buzyn au second tour des municipales? Que risque Emmanuel Macron si Agnès Buzyn perd?  Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et Olivier Biffaud, journaliste politique, auteur de «Agnès Buzyn a-t-elle une chance d'offrir Paris à la macronie?» publié sur Slate.fr. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

19 - Retrait de Benjamin Griveaux: les politiques ont-ils encore droit à une vie privée?

Ce vendredi 14 février, à un mois du scrutin, Benjamin Griveaux a annoncé son retrait de la campagne à la mairie de Paris. En cause, des vidéos et des messages à caractère sexuel publiés sur internet passées relativement inaperçues jusqu’à ce que qu’un député ex LREM, Joachim Son Forget, les relaient relayée sur Twitter, le jeudi 13 février.* Après consultation d'Emmanuel Macron, qui lui a conseillé de protéger les siens, Benjamin Griveaux a décidé d'abandonner. N’avait-il pas d’autre choix? La morale personnelle est importante en politique? Est-ce qu’un nouveau cap est franchi dans la vie politique? Que dit cette affaire de l'état de la vie politique française? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

18 - Coronavirus: après la crise sanitaire, la crise économique?

Début décembre 2019, le coronavirus 2019-nCov apparaissait dans la région de Wuhan en Chine. À ce jour, on décompte près de 31.000 infections et un peu plus de 600 morts, quasi exclusivement en Chine. L'économie chinoise est une victime collatérale de cette épidémie et quand Pékin tousse, c’est le monde qui s’enrhume. En 2003, l’épidémie de Sras avait amputé le PIB chinois de 1,2 point et entamé la croissance mondiale. Concernant le coronavirus, les spécialistes tablent sur quelques dixièmes de point en moins. Est-ce suffisant pour créer les conditions d’une crise économique mondiale? La Chine va-t-elle garder son rang dans les affaires du monde? Pourquoi Pékin semble-t-il à ce point dépassé? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialiste des questions internationales et Éric Le Boucher, éditorialiste aux Echos, à L'Opinion et à Slate.fr. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Si vous voulez en savoir plus sur l'impact de l'épidémie de coravirus sur le racisme anti-asiatique, vous pouvez lire l'article de Grace Ly, «Ne me demandez plus si le racisme anti-asiatique existe vraiment». Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

17 - Comment contenir «l'antisémitisme qui revient»

Cette semaine fut marquée par la commémoration de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, il y a 75 ans. Des cérémonies ont eu lieu en Pologne, Israël, ou en France. Lundi, le président Emmanuel Macron était au Mémorial de la Shoah, à Paris, où il a inauguré le «mur des noms» rénovés. Ces noms, ce sont ceux des 76.000 juifs et juives déportées entre mars 1942 et août 1944 par les nazis, avec la collaboration du gouvernement de Vichy.  Une semaine plus tôt, c’était à Jérusalem qu’il alertait sur «l’antisémitisme qui revient». Car l’antisémitisme revient. Les chiffres du ministère de l’Intérieur publiés le 26 janvier montrent une augmentation de 27% des faits à caractère antisémite en 2019: 687, contre 541 l’année précédente. Un sondage publié mi janvier indiquait par ailleurs qu’un juif sur trois se sent menacé en france et que 70% d’entre eux disent avoir subi un acte antisémite en France. À quoi attribuer cette hausse, comment contenir le phénomène, et surtout, comment entretenir la mémoire? Ces questions, nous les posons à Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, dans cet épisode du Monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

16 - Comment Vladimir Poutine change la Constitution pour garder le pouvoir

Ces derniers jours, les regards se sont tournés vers la Chine et l’épidémie causée par un nouveau coronavirus. Ils se sont tournés, aussi, vers Israël, où le président Emmanuel Macron nous a offert une colère très chiraquienne contre les services de sécurité de l’État hébreux. Ils se sont tournés, enfin, vers Washington, où le procès en destitution de Donald Trump se tenait sans lui au Sénat américain. Pendant ce temps, un homme puissant préparait son futur. Cet homme, c’est Vladimir Poutine. Ce 15 janvier 2020, lors de son discours annuel au Parlement, le président russe annonçait une réforme de la Constitution qui affaiblirait la fonction présidentielle en laissant plus de pouvoir à la Douma. Dans la foulée, le premier ministre Dmitri Medvedev démissionait et son gouvernement avec, pour laisser la place au patron du Fisc russe, Mikhaïl Michoustine. Pourquoi un tel choix de la part de Vladimir Poutine? Cherche-t-il à remettre les compteurs à zéro, et ainsi, rester au pouvoir? Qui est Mikhaïl Michoustine, le nouveau premier ministre? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

15 - Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Direction Londres, qui connaît un mois de janvier mouvementé. À la fin du mois, le 31, nos amis britanniques vont dire bye bye à l'Europe. Des adieux prévus de longue date, maintes fois repoussés. Ceux qu'on n'avait pas vu venir en revanche, ce sont ceux d'un des couples princiers: Harry Windsor et Meghan Markle claquent la porte de Buckingham. Dans un communiqué, celui et celle qui sont encore, pour l'instant, duc et duchesse de Sussex, ont déclaré avoir «l'intention de renoncer à leur rôle de membres “seniors” de la famille royale et de travailler pour devenir financièrement indépendants, tout en continuant à soutenir sans réserve sa majesté la reine». C'est peu dire que l'annonce a pris tout le monde de court, et à quinze jours du Brexit, c'est le Megxit qui occupe les esprits. Pourquoi ce départ? Qu'en pense la reine? Pourquoi les Britanniques semblent s'y intéresser plus qu'au Brexit? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales et Maud Garmy, journaliste spécialiste des Windsor, autrice de «L'indépendance de Harry et Meghan, bien plus qu'une question d'argent» publié sur Slate.fr. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

14 - Iran - États-Unis, pourquoi il n’y aura pas de guerre

Boeing ukrainien abattu par erreur, général iranien assassiné, installations pétrolières saoudiennes bombardées, civil américain tué, ces dernières semaines, les relations entre Iran et États-Unis ont pris une tournure pour le moins inquiétante. Les relations entre les deux pays n’ont jamais été vraiment apaisées, malgré l'accord de Vienne signéen 2015 par les présidents Barack Obama et Hassan Roani, qui réglementait strictement l’utilisation du nucléaire par l’Iran en échange de la levée des sanctions économiques. Mais cet accord, Donald Trump s’en est retiré en mai 2018. Ce revirement est-il la cause de la crise actuelle? Va-t-on vers un apaisement de la situation? À quoi jouent Téhéran et Washington? Qui en sort renforcé, qui se retrouve affaibli? Pourquoi la France est-elle si discrète? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

13 - Impeachment de Donald Trump: un président au-dessus des lois?

Donald Trump est désormais le troisième président de l’histoire des États-Unis mis en accusation par le Congrès –lors d'un vote qui a eu lieu mercredi soir à la Chambre des représentants. Deux chefs ont été retenus contre le président américain: abus de pouvoir et obstruction au Congrès. Le premier article a été adopté par 230 voix contre 197, et le second par 229 voix contre 198. Après avoir passé le cap de la Chambre des représentants, l'impeachment devra être voté au Sénat, contrôlé par les Républicains. La procédure sera donc très probablement stoppée par la majorité conservatrice: ils ont fait bloc autour de Trump, pas une voix ne lui a manqué. Pourquoi les Républicains continuent-ils à défendre Trump? Qu'est-ce vote dit de l'état de la démocratie américaine? Les États-Unis sombrent-ils dans le populisme? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

12 - Johnson tout-puissant, Corbyn au tapis, et un Brexit en 2020?

Cette semaine, c’est un raz-de-marée conservateur qui a emporté la Chambre des communes britannique. Boris Johnson a signé une victoire historique, ce jeudi 12 décembre, avec 364 sièges, soit 38 sièges au-delà de la majorité absolue (326), une avance jamais vue depuis 1987 –année de la troisième victoire d’affilée des Tories à l’époque de Margaret Thatcher. La date butoir du Brexit est fixée au 31 janvier 2020 et Boris Johnson a désormais les mains libres pour garantir une sortie de l'Union Européenne dès le mois prochain. Quelle est la suite pour le Brexit? Va-t-on dire au revoir aux Britanniques le 31 janvier? Quel avenir pour le Labour? Et pourquoi les conservateurs ont-ils fait un tel score? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

11 - Sale temps pour l'OTAN?

Les 3 et 4 décembre se tiendra à Londres le prochain sommet de l’OTAN. Alors que l’organisation de défense célèbre cette année ses 70 ans, jamais elle n’a été autant remise en cause par ses membres. Les États-Unis aimeraient s’en dégager financièrement, Erdogan en a montré l’impuissance en lançant son assaut contre les Kurdes en octobre et au début du mois de novembre, Emmanuel Macron l’a dit «en mort cérébrale» dans un entretien accordé à The Economist. Des propos qu’il a, d’ailleurs, maintenu lors d’une rencontre avec le patron de l’OTAN, Jens Stoltenberg ce jeudi 28 novembre à Paris. L'OTAN est-elle en mort cérébrale? Les États-Unis peuvent-ils quitter l'Alliance? Quel est l'ennemi commun des pays signataires du traité? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Photo: Bertrand GUAY / AFP

episode sybel imglogo play

10 - Après «Les Misérables», quelle politique pour les banlieues?

Cette semaine a été marquée par la sortie en salle des Misérables, un film de Ladj Ly, récompensé par le prix du jury à Cannes et choisi pour représenter la France aux Oscars. L’histoire d’une bavure policière à Montfermeil qui tourne au drame. Dimanche, le JDD nous apprenait dans un indiscret que le président Emmanuel Macron avait été «bouleversé par la justesse» de ce long-métrage, et qu’il avait demandé au gouvernement de se dépêcher de trouver des idées et d'agir pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers. Pourtant, des idées pour améliorer le quotidien des banlieues, Emmanuel Macron en a eues, soumises par Jean-Louis Borloo en avril 2018. Idées balayées d’un revers de main par le président. Mauvaise foi ou mémoire courte? Qu'y avait-il dans ce plan Borloo ? Ladj Ly déplore le manque de volonté politique sur le sujet des quartiers; à quoi est-il dû ? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Retrouvez notre podcast cinéma Incarnations, consacré aux Misérables. Damien Bonnard, un des héros du film, y dialogue avec Nabil Drissi, ancien policier de la BAC. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Photo © SRAB Films - Rectangle Productions - Lyly Films

episode sybel imglogo play

9 - La France est-elle encore capable de débattre sans haine?

Ce dimanche 10 novembre, la manifestation contre l'islamophobie a provoqué un torrent de réactions rarement mesurées, souvent haineuses, qu'on la soutienne ou qu'on la condamne. Deux jours plus tard, des étudiants ont envahi un amphitéatre de l'université de Lille afin d'empêcher la tenue d'une conférence de l'ancien président François Hollande –avant de déchirer quelques centaines d'exemplaires de son dernier livre. Ce même jour, des militantes féministes ont fait annuler l'avant-première de J'accuse, le dernier film de Roman Polanski, accusé de viols et d'agressions sexuelles par plusieurs femmes, mineures au moment des faits. Le lendemain, Alain Finkielkraut, invité à un débat sur le réalisateur, choquait le plateau de LCI, en prononçant ces mots: «Violez, violez, violez. Je dis aux hommes: violez les femmes. D’ailleurs, je viole la mienne tous les soirs. Mais tous les soirs, elle en a marre». Une séquence diffusée ad nauseam par de nombreux médias et utilisateurs de réseaux sociaux. Peut-on encore débattre sereinement en France? Où sont passés les discours modérés? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

8 - Emmanuel Macron en Chine, beaucoup d'argent, peu de droits de l'Homme

Après trois jours de visite d'État en Chine, Emmanuel Macron rentre avec près de 13,6 milliards d'euros de contrats. Une bonne opération pour le président français, qui est toutefois resté discret en matière de droit de l'Homme. Cette visite a-t-elle resserré les liens entre Paris et Pékin? Pourquoi Emmanuel Macron a insisté pour être accompagné par une ministre allemande et un commissaire européen?  Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Richard Arzt, correspondant à Pékin de Paris Match, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

7 - Pourquoi le voile rend-il la France folle?

30 ans que la France se débat avec le voile. 1989, première polémique, avec Leila, Fatima, Samira, trois ados de Creil, exclues de leur collège pour port du voile. 2004, interdiction du voile à l'école, via une loi issue des réflexions de la commission Stasi. 2008, affaire Baby Loup, du nom de cette crèche dont Fatima Afif est renvoyée après avoir refusé de retirer son voile. 2010, loi sur la burka, 2016, hystérie autour du burkini, puis, début 2019, en février autour du hijab de running proposé par Decathlon. Septembre, la FCPE, association de parents d’élèves, fait campagne sur le thème des mères voilées lors des sorties scolaires. Octobre, au conseil régional de Bourgogne Franche Comté, un conseiller régional RN s’illustre. Enfin, cette semaine, le Sénat a voté l’interdiction du port du voile en sortie scolaire. 30 ans de débat, de polémiques, et cette phrase du président Macron, le 23 octobre à la télé réunionnaise, «le port du voile dans l'espace public n'est pas mon affaire. Dans les services publics, à l'école, c'est mon affaire.» Si ce n’est pas l'affaire du président, le port du voile dans l'espace public est visiblement celui d’une grande partie des Français·es. Question simple mais réponse très certainement complexe: pourquoi le voile rend ce pays complètement fou? Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, Hélène Decommer, rédactrice en chef adjointe de Slate.fr, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

6 - Trump cherche-t-il à semer un désordre mondial?

L'annonce du retrait des troupes américaines du nord de la Syrie, au profit de la Turquie et en défaveur tragique des Kurdes, a surpris et désolé jusque dans le camp de Donald Trump. Sa politique étrangère chamboule complètement les alliances traditionnelles et même le multilatéralisme qui était à l'oeuvre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.  Quelle est la stratégie diplomatique du président américain? Pourquoi cherche-t-il à se lier à des autocrates? Quelles conséquences pour nous, Européen·nes? Les réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté cette semaine par Hélène Decommer. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

5 - Accord sur le Brexit, la cynique victoire de Boris Johnson

Après cinq jours de négociations, Boris Johnson s'est enfin entendu avec l'Union européenne sur les conditions du Brexit. Cet accord conclu entre Londres et Bruxelles doit passer l'étape de la validation par la Chambre des communes, qui s’est fait une spécialité de rejeter ceux que lui présentait l'ex-Première ministre Theresa May. Ratifié ou non, ce deal est-il une victoire de Boris Johnson? Les discussions autour de la frontière irlandaise, point d'achoppement entre la Grande-Bretagne et l'Union, vont-elles réveiller les tensions entre séparatistes? Un nouveau référendum est-il possible? Les réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Marion Van Renterghem, journaliste et autrice de Mon Europe, je t'aime moi non plus, publié chez Stock, et Christophe Carron, rédacteur en chef de Slate.fr. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

4 - Pourquoi Erdogan s'attaque aux Kurdes (et pourquoi Trump le laisse faire)

Dimanche 6 octobre, la Maison-Blanche a publié un communiqué évoquant l'imminence d'un retrait des troupes américaines du nord de la Syrie et annonçant une opération turque dans la région. Puis Donald Trump a pris la parole sur Twitter, a confirmé puis infirmé le retrait américain, sans que personne ne comprenne vraiment où il voulait en venir. C'est dans cette confusion diplomatique et stratégique que le mercredi 9 octobre, la Turquie d'Erdoğan a lancé une offensive contre les forces kurdes, officiellement pour établir, à terme, une zone de sécurité de 30 kilomètres de large entre l'Euphrate et la frontière irakienne. Cette zone accueillerait une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens et ferait office de zone tampon avec la Syrie.  Première question à tous les trois: sans ce feu vert implicite des États-Unis, Erdoğan aurait-il lancé son offensive contre les Kurdes? Quelle est la vraie nature de ses relations avec Trump? L'opération militaire est-elle un moyen de reprendre la main sur le plan intérieur? Et que vont devenir les djihadistes jusqu'alors détenus par les groupes armés kurdes? Les réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, Ariane Bonzon, journaliste internationale, autrice de Turquie, l'heure de vérité, publié aux éditions Empreintes, et Christophe Carron, rédacteur en chef de Slate.fr. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

3 - La Chine est-elle redevenue totalitaire et belliqueuse?

Le 1er octobre, la République populaire de Chine fêtait ses soixante-dix ans. Pékin a dignement célébré cet anniversaire avec, si l'on en croit les dirigeants,  le plus grand défilé militaire organisé depuis 1949. 15.000 soldats ont paradé sur l'avenue de la Paix-Éternelle, qui traverse la place Tiananmen. Un défilé qui sonne comme une démonstration de force de la Chine au reste du monde, précédé d'un discours de Xi Jinping, dans lequel il a affirmé: «Aucune force ne peut entraver le progrès du peuple chinois et de la nation chinoise.» Qui Pékin veut-il impressionner? Où en est le pays sur les plans intérieur et international? Peut-on encore espérer voir les droits humains, tels qu'on les connait en Occident, s'établir en Chine? Les réponses dans Le monde devant soi, le podcast hebdomadaire de Slate.fr sur l'actualité politique française et internationale, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

2 - «L'héritier politique de Jacques Chirac, c'est François Hollande»

Cette semaine, Le monde devant soi est intégralement consacré au cinquième président de la Ve République, Jacques Chirac, disparu le 26 septembre 2019 à l'âge de 86 ans. Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste au Monde et spécialiste des questions internationales, reviennent sur la carrière d'un géant de la politique française: ses échecs, ses réformes, son héritage politique et son action, importante, sur la scène internationale. Jacques Chirac a-t-il transformé la France? Que retenir de ses deux mandats à l'Élysée? Le gaulliste a-t-il été gaullien dans sa pratique du pouvoir? Et est-il comme on l'entend parfois, le dernier grand président de la Ve? Les réponses dans Le monde devant soi, le podcast hebdomaire de Slate.fr sur l'actualité politique française et internationale, présenté par Christophe Carron. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique : «Believer (Saeptem LMDS Edit)», Silent Partner

episode sybel imglogo play

1 - Immigration, Emmanuel Macron fait-il du Sarkozy?

L'actu en France, c'est Emmanuel Macron qui a fixé sa nouvelle ligne en matière de politique migratoire à deux semaines de l'ouverture du débat sur l'immigration au Parlement. Le discours a clivé, même au sein de son propre camp. Pourquoi le président durcit-il son discours? Quel bénéfice peut-il en tirer? Et pourquoi il semble si difficile de traiter sereinement ce sujet? L'actu dans le monde, ce sont les législatives israéliennes. Signent-elles la fin du règne de Benyamin Netanyahou? Qui est Benny Gantz, le grand vainqueur du scrutin? Et quel sera l'impact de ces résultats sur la région? Les réponses et analyses de Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr et Alain Frachon, éditorialiste, spécialiste des relations internationales. Musique : «Believer (Saeptem LMDS Edit)», Silent Partner