Radio| Pop N' Co | Sybel

share sybel series logo

Partager

Pop N' Co, une heure où la musique raconte l'époque d'hier, d'aujourd'hui et de demain Rendez-vous sur l'application Radio France pour découvrir tous les autres épisodes....voir plus

Radio France - France Inter
episode sybel imglogo play

18 - “In between days” du groupe The Cure

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - La chanson "In between days" est écrite et composée par Robert Smith et c'est le premier extrait de l'album "The Head on the Door". En 1985, ce titre permet au groupe The Cure de véritablement se faire connaître dans le monde entier. Nous étions en 1986 et on pensait vivre le zénith de la rébellion. Parce qu'on défilait dans la rue en gueulant le slogan : "Devaquet au piquet !". Devaquet c'était le Blanquer de l'époque. Il proposait une énième réforme de l'éducation nationale dont on ne comprenait pas tout mais une chose était sûre : on était contre. Et c'était bon. Cette chanson de The Cure était diffusée à toc pendant les manifs C'était la bande son de notre connivence. La bande son de notre élan. L'intro du morceau durait longtemps. Et ça ne faisait qu'attiser l'excitation de l'attente. L'attente de cette mélodie, là, à fredonner. Dans la presse, on parlait de Curemania. Nous avions 13-14 ans et les boomers n'avaient rien compris, évidemment. Cette chanson "In between days" est sortie quelques mois avant notre indignation. En 1985, donc. Cette année-là, on apprenait qu'une star hollywoodienne du nom de Rock Hudson était morte du sida. On ignorait qui c'était mais on flippait. Les chiffres du chômage étaient partout. Alors au milieu de ce champ de ruines vers qui se tourner pour célébrer nos adolescences ? Peter et Sloane ? Numéro 1 avec "Besoin de rien envie de toi". Philippe Lavil ? Qui chantait "elle préfère l'amour en mer". En deux mots : La purge. Mais il y avait eux : The Cure Des Anglais venus de Crawley, un bled pas beau, comme le nôtre, et inventeurs d'une musique que si peu de choses reliaient au passé de papa et maman. Robert Smith, auteur, compositeur, interprète y fait touloulou et ça nous aurait suffi. Du texte on ne chopait que 2-3 mots comme "Without you" - sans toi -, donc ça parlait d'un chagrin d'amour. On découvrirait plus tard que cette chanson commençait par ces mots : Hier, j'ai tellement vieilli, que c'était comme si je pouvais mourir. En 1965, donc 20 ans plus tôt exactement, le groupe The Who gueulait au contraire : "j'aimerais mourir avant d'être vieux." En deux chansons que deux décennies séparent, on a le condensé de ce que le monde est devenu. Au milieu des années 1960, la jeunesse est puissante et rebelle. 20 ans plus tard, elle se sent déjà vieille et abattue. Qu'à cela ne tienne. Avec The Cure, les gamins allaient célébrer le désenchantement. Et même qu'on danserait dessus. "In Between Days" figure sur l'album "The Head on the door" et pour le groupe, c'est une renaissance. Leurs disques précédents les avaient menés au bord de l'explosion et tout droit dans les drogues et l'alcool. Tout ça n'était pas totalement terminé mais le groupe sera désormais connu dans le monde entier et le personnage de Robert Smith s'imposera en icône pop avec ses cheveux en pétard et son rouge à lèvres qui déborde. Nos pères levaient les yeux au ciel devant, je cite "cette dégaine de pas possible". Ces chansons étaient pourtant l'asile idéal pour nos cours chamboulés. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

17 - "Les passantes" : "le plus grand poème de ma vie" disait Georges Brassens

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Georges Brassens est à l’affiche de Tubes N’Co ce matin. Le chanteur voulait peu d'arrangements pour ses chansons, considérant que : “quand on chante pour les copains, un orchestre n’est pas planqué dans le placard” ! - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

18 - “It Was A Very Good Year”, les années Franckie

Tubes N' Co - par : Ilinca Negulesco - Frank Sinatra est à l’affiche de "Tubes N'Co" ce matin avec la chanson “It Was A Very Good Year”, une ode aux différentes étapes de la vie. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

17 - "Déjeuner en paix" de Stephan Eicher, des scènes de la vie conjugale montées "cut"

Tubes N' Co - par : Ilinca Negulesco - Il y a trente ans était publié l’album “Engelberg” de Stephan Eicher. Le disque est réédité et Rebecca Manzoni met à l’affiche une de ses chansons : “Déjeuner en paix”. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

19 - "Tonton du bled" par le groupe 113, le rap d’une odyssée

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - “Hip-Hop 360”, c’est le titre d’une rétrospective qui se tient à la Philharmonie de Paris jusqu’au 24 Juillet. Et ce matin, Tubes N’Co est une balise du rap français : "Tonton du bled", par le groupe 113. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

18 - "La chanson d'Hélène" par Romy Schneider et Michel Piccoli

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Romy Schneider a disparu il y a 40 ans. La cinémathèque française à Paris lui a consacré une grande exposition et une rétrospective. Tubes N'Co est dédié à “La chanson d’Hélène”, morceau associé au film “Les choses de la vie” de Claude Sautet. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

20 - "Sir Duke" : au seum de l'Occident, Stevie Wonder oppose une joie pleine

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Nous sommes en 1976 et ça fait trois ans que Stevie Wonder bosse sur le disque où figure cette chanson. Des centaines et des centaines d'heures de studio pour accoucher du double album "Songs in the Key of Life", qui s'ouvre donc avec la chanson "Sir Duke". Si je vous parle d'un type qui peut marcher sur l'eau, vous voyez qui je veux dire ? Eh bien c'est lui : Stevie Wonder, afro-américain, aveugle, effectivement doté de superpouvoirs puisqu'en 1976, il a déjà : révolutionné la musique mondiale, commis deux albums chefs-d'ouvre au moins. Et donc. C'est pas fini. En 1976, Stevie Wonder a 26 ans et les musiciens qui l'accompagnent ont la vingtaine comme lui. Cette chanson, "Sir Duke", c'est aussi ça : l'excitation et l'enthousiasme d'une jeunesse gravés sur disque. Les musiciens ont intérêt à se pointer au studio à l'heure parce que sinon : la batterie, la basse, les claviers, Stevie a déjà tout enregistré tout seul ! Il y a donc une frénésie dans cette bulle qu'est un studio d'enregistrement, alors qu'au dehors, le pays a la gueule de bois. En 1976, les Etats-Unis sortent de la guerre du Vietnam et du scandale du Watergate. Et en France, sur TF1, Roger Gicquel annonce dans son JT le fameux : "La France a peur, je crois qu'on peut le dire aussi nettement". Au seum de l'Occident, Stevie Wonder oppose une joie pleine Et quel serait le message de Stevie Wonder avec sa musique ? Que la résignation, ça n'est pas d'actu. Que bientôt, viendront les jours meilleurs. Qu'il est question de courir ou de marcher mais dans tous les cas : avancer. Avancer quoiqu'il arrive, c'est la teneur d'un discours de Martin Luther King. Plus précisément, ce titre, "Sir Duke" est un hommage à Duke Ellington. Stevie Wonder l'a écrit peu après la mort du jazzman en 1974. "Sir" + "Duke", c'est la noblesse au carré, célébrée par un gars qui, lui-même, s'est fait surnommer "Stevie la merveille". Ça en fait du beau monde. D'autant que le texte de Wonder fait défiler d'autres noms, comme un générique de prestige qui réunit des génies de la musique : Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Count Basie. Le refrain de ce morceau proclame que la musique est un truc universel. Une langue que tout le monde connaît, même sans l'avoir apprise. Et donc ça se partage, en collectif. C'est bête comme chou hein ? Mais quand même, ça fait vachement de bien. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

19 - "Une petite fille" par Claude Nougaro, la vitesse, l’urgence et des arrêts sur images

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Un appartement rue des Ternes, dans le 17° arrondissement, à Paris. Lui, c'est Claude, elle, c'est Sylvie. Ils sont mariés et s'engueulent une fois de trop. Alors elle claque la porte et se fait la malle. De cette scène de sa vie conjugale... Nougaro a donc fait une chanson : "Une petite fille". Claude Nougaro n'est pas tout seul pour chercher Sylvie dans Paris. Il est avec un copain. C'est Michel Legrand. Quelques mois plus tard, au studio Blanqui, Legrand est au piano pour enregistrer le premier album de Nougaro et pour diriger ses musiciens La mélodie d'"Une Petite fille" est composée par Jacques Datin. Legrand et sa bande en font leur affaire. Sur la pochette du 45 tours, on lit : Aucun des arrangements n'étant écrits à l'avance, l'impro a joué à 100% C'est peut - être pour ça qu'on a la sensation que la chanson s'écrit dans l'instant. Pour nos oreilles. Et surtout pour nos yeux. Nous sommes en 1962, Truffaut, Godard and Co ont inventé le cinéma moderne On appelle ça "la Nouvelle Vague". Et Nougaro leur emboîte le pas : il nous embarque pour une scène en extérieur nuit. Il y a la vitesse, l'urgence et des arrêts sur images. Que du suspens. Pas de couplet, pas de refrain mais un film de 2 minutes 10, qui défile plan par plan. Et une voix qui détonne dans la France de 1962, habituée à twister en écoutant les yéyés. Cette voix-là malaxe jazz, poésie française et bel canto. "Une petite fille" va faire connaître Nougaro et son répertoire fait de cinéma, de rythmes et d'érotisme. Il est brun et pas très grand. Il a les yeux sombres et 33 ans. Dans cette chanson de rupture en action, il chante qu'il y a la vie. Il chante qu'il y a le temps. "Et le moment fatal où le vilain mari tue le prince charmant." Tout de suite, Nougaro est renversant. Parce que charmeur. Et parce que perdant. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

20 - "Pars" de Jacques Higelin : la déclaration d'amour ultime

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - C'était un jour de septembre 1977 à 6h du matin. Higelin connaît des doutes, sans chiqué, qui le mettent au tapis. "C'est de la merde". C'est ce que Jacques Higelin a dit à l'écoute du disque. La chanson "Pars" fait partie de l'album "No Man's land". Au départ, la chanson est une transe musicale de 20 minutes. Mais Laurent Thibaut, qui supervise les enregistrements fait des coupes. Et il met des bougies partout dans le studio, dans l'espoir que Higelin soit bien.En 1977, il a déjà eu plusieurs vies : dans le jazz, la chanson d'avant-garde, dans le rock, dont il a posé les fondamentaux, en France.Et là, au milieu des sons synthétiques, il reprend son accordéon pour une sorte de tango triste.Jusqu'à ce moment, où on entend une sorte de courte échelle qui le hisse.La scène se passe au Château d'Hérouville dans le Val de MarneLe Château d'Hérouville est le premier studio résidentiel au monde. Donc un lieu de vie où on enregistre et Higelin est installé dans la bergerie avec son fils et sa femme, Kuêlan Nguyen.La légende dit que Kuêlan a inspiré la chanson "China Girl" à Iggy Pop. "Pars" est le récit d'une rupture. Entre Jacques Higelin et cette femme.C'est LA déclaration d'amour ultimeSouffrir, laisser l'autre partir, et ajouter : "Quoiqu'il arrive, je serai toujours avec toi".Dans ces années 1977/1978, Alain Souchon chante "Allo Maman bobo". Et la presse fait sa une, je cite sur "L'homme nouveau". Comprenez : l'homme sensible.Et Jacques Higelin dans tout ça ? Un cour brisé. Mais jamais plaintif.Du panache et les yeux plein de larmes. Un chevalier magnifique.La maison de disque Pathé Marconi, trouve, je cite : "La musique insignifiante et le texte débile"."Pars" sort en 45 tours au cour de l'été 1978. Et la chanson passe à la radio.Et Jacques Higelin vit son tout premier tube, il a 38 ansBien des années plus tard, le 24 octobre 2015, Jacques Higelin est sur la scène de la Philharmonie de Paris.Beaucoup savent que ce sera le dernier concert de sa vie. "Pars" est donc la dernière chanson qu'il a interprétée sur scène, avec ses enfants qui le rejoignent."Pars", c'est l'histoire d'un homme amoureux qui accepte la liberté d'une femme."Pars", c'est tout ceux qui aiment et qui tentent d'accepter le départ d'un vivant. Vaille que vaille. Dans un banquet ultime.Le dernier vers magnifique de cette chanson dit : "Et reviens moi. Vite." - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

19 - "Brass in Pocket" par Pretenders : une chanson qui vous prend par le colbac

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Tandis que les deux premiers albums du groupe Pretenders seront réédités le 5 Novembre, le Tubes N'Co du jour est consacré à leur premier succès : "Brass in Pocket", paru en novembre 1979. Tu étais une enfant sage et tu bougeais la tête comme un dindon en bouffant des crousty miel devant la télé. Et dedans, des clips donc des chansons. Celle-ci... Figurait parmi tes préférées.Ce titre, "Brass in pocket", ça voudrait dire "avoir de la ferraille dans la poche", selon cette saloperie de google traduction.   En vrai, ça signifie : avoir du culot.  A l'époque, tu ne savais dire que "je t'aime" en anglais mais il semblait évident que cette fille proposait tout autre chose : choper un gars dans ses filets.  Et les "je t'aime", c'était pas forcément le projet. Pour être bouleversé.e par une fille, nul besoin de connaître son histoire.  Etant payée pour, je m'en vais cependant vous la conter.  Son groupe s'appelle donc Pretenders et la patronne, c'est elle : Chrissie Hynde, Américaine née à AkronAkron, dans l'Ohio, capitale des céréales et du caoutchouc.   Donc : pas le bon décor pour une fille qui vit le rock'n'roll comme un absolu.  Direction Londres et Paris au mitan des années 70, pour croiser la route du punk. Ici je pourrais vous parler du contexte politico-socio-économico quelque chose, mais non. Parce que je choisis de laisser la place à la piste vocale du morceau. Qui d'autre Chrissie ? Pour l'arrogance et la supplique ?   Quand elle proclame "être spéciale". Ce ne sont pas des mots. C'est un harpon. Et ses gars n'ont plus qu'à miauler comme des chatons. Cette chanson "Brass in Pocket", est née de ce motif de guitare. Il fut inventé par James Honeyman Scott.  Chrissie y posa donc son texte comme on vous prend par le colbac.  C'est l'histoire d'une fille qui aime le rock des durs à cuir et qui en a vécu les excès. Dans son autobiographie parue en 2015, elle écrit :  "Devenir une femme a été un obstacle qui m'a hantée toute ma jeunesse. Je n'étais pas un mec, je ne le serai jamais. J'ai dû l'accepter". Le parcours de Chrissie Hynde est donc la démonstration qu'être une fille, empoigner une guitare et diriger un groupe. C'est possible.  **Chryssie vient d'avoir 70 ans. Ce qui ne l'empêche pas de déclarer :  **"S'il y a un beau mec qui passe, je peux flasher sur lui en oubliant complètement que je pourrais être sa grand-mère."  : unch - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

19 - "Louxor, j'adore" par Philippe Katerine : une Castafiore au centre d’un dancefloor qui réunit toute la France

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Cette année, Philippe Katerine fête 30 ans de chansons et ce matin, Tubes N’Co est dédié à l’un de ses succès : “Louxor j’adore”, parue sur l’album "Robots après tout". - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

18 - "Roxanne" par The Police

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - “Roxanne” a 45 ans puisque Sting a écrit cette chanson en 1977. Ce titre tourne la page de la période punk de Police, et même si cette chanson ne sera pas un tube tout de suite, il les propulsera très vite dans la lumière. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

19 - “L’Empire du Côté Obscur” par IAM : un plaidoyer pour la nuance

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Ça fait un quart de siècle qu'est sorti "L'Ecole du micro d'argent", album phare du rap français, signé du groupe marseillais IAM. Et ce matin, le morceau, "L'Empire du Côté Obscur" est à l'affiche. Ça ne commence pas à Marseille, mais "20 000 lieues sous les mers". C'est avec un extrait du livre-disque "20 000 lieues sous les mers", d'après Jules Verne, qu'IAM passe à l'attaque. Des abysses... Des abysses, disais-je, on passe à la stratosphère De Jules Verne à Star Wars. Même pas vingt secondes de morceau et déjà deux réfs : un écrivain français du XIX° + un film américain du XX° pour un space opéra, fin de siècle. Nous sommes alors en 1997, IAM publie déjà son quatrième album. Une nouvelle génération de rappeurs déboule et le groupe de Marseille ferait déjà figure d'anciens. En plus, ils ont commis un tube, "Je danse le Mia". Or, faire du rap commercial, prétendue concession au système, c'était alors l'insulte suprême. Et oui, c'était un autre siècle. L'ambition de ce morceau, comme de tout l'album sur lequel il figure, est de dissiper les malentendus IAM commit un tube chanté dans les campings. Ok. Mais de MIA 2, il n'y aura point. L'heure est à la pulsation qui bastonne et au ton martial. En 1997, le Rassemblement National porte le nom de Front National et le président du parti s'appelle Jean-Marie Le Pen. Le FN dirige alors trois villes, et les législatives se profilent. D'aucuns ont lu dans "L'Empire du côté obscur", un avertissement d'IAM contre la progression de l'extrême-droite. La position du groupe ayant toujours été claire à ce sujet. Pour ce texte, en particulier, les deux auteurs, Akhenaton et Shurik'n ont déclaré que leur propos était plus large : un plaidoyer pour la nuance. Le côté obscur n'est pas forcément celui qui est désigné : étrangers, rappeurs, gamins des cités, etc... "Star Wars" a marqué une génération toute entière, et IAM puise dans cet univers depuis ses débuts. Pour la musique de "L'Empire du côté obscur", il était donc question d'utiliser "La Marche Impériale" composée par John Williams pour Stars Wars. Mais Williams a dit non. Alors le groupe utilise cette partition pour quatuor à cordes, parue en 1994 et composée par Graham Preskett, par ailleurs auteur de musiques de films. Jules Verne, des livres disques pour enfants, Star Wars, Marseille et un quatuor à cordes = le rap français pour un nouveau siècle. - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

18 - "La bicyclette" par Yves Montand

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni, Ilinca Negulesco - Yves Montand est né il y a 100 ans. L'exposition qui lui est consacrée au château de Buzine à Marseille se tient jusque fin décembre, tandis qu'un coffret de 12 CD célèbre l'interprète qu'il fut. Et ce matin, c'est "La Bicyclette" que nous mettons à l'affiche du Tubes N'Co. Il y a très peu de chansons qui encapsulent le bonheur sans mièvrerie. Des chansons qui racontent des instants sans inquiétude... dont on rêve aujourd'hui. Nous sommes donc en studio avec Montand.  Yves Montand enregistre cette chanson en 1968. Ça se passe avant Mai. Et "la Bicyclette" passera sur les ondes pendant Mai-68.  Les programmateurs radio n'avaient pas beaucoup de nouveaux disques à se mettre sous la dent - déjà - et l'insouciance de cette chanson faisait contrepoint à Paris en feu. Face aux pavés balancés dans les villes, on plongeait dans la campagne française d'antan. Parce que Paulette est un prénom d'avant. Les paroles sont signées Pierre Barouh et "La Bicyclette" est un récit d'enfance des années 1940. De confession juive, Barouh avait été envoyé en Vendée par ses parents. Là, il fut protégé des rafles organisées par la France du Maréchal Pétain. La musique est signée Francis Lai, grand compositeur de musique de films. **Ce qu'il faut de génie pour trouver cette ritournelle simple comme le vent. **Les arrangements sont signés Hubert Rostaing et Jack Laurel. Et il y a ces cordes, qui ont l'air de venir d'Europe de l'Est. Francis Lai a commencé comme accordéoniste dans les baloches de Nice. Et là, au bal, on y est. Tout fabrique des images dans cette merveille. Alors bientôt, on voit la pente et on laisse filer les biclous. Et puis il y a la malice de glisser quelques notes, pour faire tinter les sonnettesYves Montand a suggéré à Pierre Barouh de changer la fin de son texte pour que cette chanson d'un peu plus de 2 minutes 30 se déroule sur une journée entière. Du petit matin au coucher du soleil.  Je crois que c'est la période où Montand chante le mieux. Il a 47 ans et il est au top de sa technique : un Sinatra de chez nous. Et que de la nuance dans son chant. **La mélancolie d'un homme et l'espoir d'un gamin, l'instant d'après. **"La bicyclette" est une chanson interprétée par un artiste né en Italie, écrite par un poète fils de juifs émigrés de Turquie et composée par un musicien d'origine italienne.  Alors : elle est pas belle la France ?  - réalisé par : Khoï NGUYEN

episode sybel imglogo play

19 - Tub n'Co du vendredi 01 juillet 2022

Tubes N' Co - par : Rebecca Manzoni

episode sybel imglogo play

1 - Retrouvez tous les épisodes sur l’appli Radio France

Retrouvez tous les épisodes sur l’appli Radio France